•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taxes municipales : des restaurateurs demandent un sursis

La Grande Allée, en hiver. Aucun marcheur, et trois véhicules seulement qui circulent.

Les restaurateurs rappellent qu'ils ont dû fermer leur salle à manger durant au moins six mois en 2020.

Photo : Radio-Canada

Des restaurateurs, des commerçants et des hôteliers de Québec espèrent que l’administration Labeaume reviendra sur sa décision et offrira un report des paiements des taxes municipales en 2021.

Lundi, la Ville a confirmé que les factures seront envoyées prochainement aux propriétaires d’immeuble sur son territoire et que l’échéance du premier paiement est le 3 mars.

En 2020, en raison de la pandémie, les propriétaires avaient pourtant profité d’une révision de calendrier pour les paiements de trois versements sur quatre. La Ville ne revient pas avec cette mesure cette année.

On a été fermé 50 % de notre année en 2020, et ça ne regarde pas bien pour le début de 2021. C’est très difficile, soutient Philippe Desrosiers, propriétaire de la brasserie Inox sur Grande Allée.

Plan rapproché de Philippe Desrosiers à l'extérieur, lors d'une entrevue en hiver.

Philippe Desrosiers dit être optimiste de nature, mais que la pandémie est vraiment un moment difficile pour son commerce.

Photo : Radio-Canada

Il estime qu’un report, au moins pour le premier paiement, permettrait aux propriétaires d’avoir une meilleure idée du moment où ils pourront accueillir à nouveau des clients en salle à manger, avant de devoir s'acquitter d'une grosse facture. Pour moi, ça représente dans les 14 000 dollars par paiement.

Fabio Monti abonde dans le même sens. Le copropriétaire des restaurants L’Atelier et Ophelia, aussi sur Grande Allée, souhaiterait être en mesure d’effectuer le premier paiement en mai. Payer quand tu sais que tu vas rouvrir et que l’argent entre, ce serait vraiment apprécié.

Des dômes en plastiques, avec des tiges d'acier, sur une terrasse, en hiver.

L'Atelier et l'Ophelia ont déjà installé des dômes chauffés pour y recevoir des clients cet hiver. Les réservations sont presque complètes jusqu'à mars. Par contre, les restaurateurs doivent attendre d'avoir l'autorisation de la santé publique avant de les ouvrir.

Photo : Radio-Canada

Tous deux disent être conscients que la Ville a des choix difficiles à faire en cette période de pandémie. Ça a été fait en 2020, alors, on aimerait beaucoup que le municipal fasse la même chose cette année, poursuit M. Monti.

Rencontre avec la Ville

La directrice générale de l’Association hôtelière de la région de Québec rappelle que les hôtels fonctionnent avec des taux d’occupation sous le seuil de la rentabilité depuis plusieurs mois.

Durant le temps des Fêtes, on était à 20 ou 22 % dans la région. En janvier, on s’enligne pour un 10 %. Mais il ne faut pas oublier que pour être dans ses frais, un hôtel doit avoir un taux d’occupation d’au moins 40 %, illustre Marjolaine de Sa.

L’Association a discuté avec ses membres. Ils vont demander une rencontre avec la Ville de Québec pour faire le point, notamment sur le paiement de l'impôt foncier.

On va faire une demande de report aussi. Ce sont de gros montants que nos membres ont à payer le 3 mars. Et en ce moment, on ne fait pas les frais, donc on va essayer de s’arranger avec la Ville.

Mardi, le cabinet du maire Labeaume a répondu que la Ville est toujours prête à conclure des arrangements avec les contribuables qui éprouvent des difficultés à payer leur compte de taxes.

Des paiements mensuels?

Jacques-André Pérusse de la Société de développement commercial (SDC) du Vieux-Québec demande lui aussi un étalement des paiements des taxes municipales pour les commerces, restaurants et hôtels.

Ça viendrait soulager les membres, parce que payer le tiers du compte au mois de mars, oubliez ça, lance-t-il.

M. Pérusse convient que la Ville a investi durant la pandémie, en aidant les commerçants à décorer les artères commerciales pour le temps des Fêtes notamment. Mais c'est un plaster, poursuit le directeur général.

Il demande donc une aide directe de la Ville, comme elle l'a fait avec le report des paiements en 2020. M. Pérusse propose aussi que la Ville permette aux propriétaires d'effectuer des paiements mensuels pour l'impôt foncier.

Avec les informations d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !