•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les hauts et les bas de l’immobilier dans Contre-offre, la nouvelle série de Noovo

La comédie met en scène des situations tantôt drôles, tantôt délicates, que peuvent vivre les courtières et courtiers immobiliers.

Les cinq personnes se tiennent en rangée, à distance, derrière une affiche de vente immobilière, sur le terrain gazonné devant une maison.

Emmanuelle Lussier-Martinez, Noémie O'Farrell, Normand D'Amour, Marie-Soleil Dion et Antoine Vézina, en promotion pour la série.

Photo : Yan Turcotte / Noovo

Radio-Canada

C'est en ayant sa propre expérience, peu concluante, dans l’industrie du courtage immobilier que la comédienne Marie-Chantale Nadeau a eu l’idée d'écrire Contre-offre, la première série de fiction commandée par Noovo qui plonge dans ce milieu.

L’échec d’une transaction qui lui aurait valu 16 000 $ a été une des inspirations pour l’idée de base de la comédie, a expliqué Marie-Chantale Nadeau au micro de Pénélope McQuade. Aspirante actrice, elle avait mis son rêve en veilleuse trois ans pour devenir courtière immobilière.

Diffusée à compter de mardi, la série suit les péripéties des membres d’une petite agence immobilière familiale de la Rive-Sud (Montréal). Le patriarche de la famille Lévesque, fatigué, veut que ses trois filles reprennent les rênes de l'entreprise.

Normand D’Amour interprète le père, Marie-Soleil Dion, Emmanuelle Lussier-Martinez et Noémie O’Farrell, ses trois filles, et Antoine Vézina, le fidèle complice de la famille.

Le milieu de l'immobilier se prête parfaitement à la comédie. Par exemple, on met en scène une situation où une courtière est coincée au centre d’une prise de bec d’un couple qui veut vendre sa maison en raison de sa séparation. Il y a aussi le moment cocasse où l'on doit préparer la visite d’une maison décorée de bibelots en forme de pénis.

Dans une discussion à l’émission Pénélope, une courtière et un courtier spécialisés en immobilier n’ont pu faire autrement que de se reconnaître dans certaines des situations tantôt drôles, tantôt délicates, présentées à l’écran.

Le courtier George Bardagi a trouvé que les mises en situation étaient très réalistes, malgré les libertés prises pour les besoins d’un divertissement efficace, a-t-il expliqué. Le métier peut faire vivre des montagnes russes d’émotions, selon lui.

La série de 12 épisodes est réalisée par Martin Roy, en collaboration avec la réalisatrice Isabelle Garneau, et produite par PIXCOM. Elle est diffusée à la fois à la télévision et sur le web (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations d'Eugénie Lépine-Blondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !