•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs en rotation devront faire des tests de COVID-19 en N.-É.

Un avion dans le ciel.

La Nouvelle-Écosse signale mardi une seule nouvelle personne atteinte du virus.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Les travailleurs en rotation devront obligatoirement faire des tests de COVID-19 en Nouvelle-Écosse à partir du 15 janvier 2021.

Une exception est toutefois accordée pour les travailleurs en rotation vers l’Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Nous sommes inquiets de l’augmentation des cas dans les provinces canadiennes, où plusieurs de nos travailleurs néo-écossais en rotation se rendent sur une base régulière, a indiqué le premier ministre Stephen McNeil en point de presse mardi. Spécialement ceux en Alberta, dit-il.

Dès vendredi, les Néo-Écossais qui se rendent dans une autre province canadienne devront effectuer dans les deux premières journées de leur retour un test obligatoire de dépistage de la COVID-19.

Ils devront également se faire tester une seconde fois, lors de la sixième, septième ou huitième journée de leur isolement.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse

Le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse Dr Robert Strang lors du point sur la COVID-19 du 12 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada

Des rondes de vérifications aléatoires seront effectuées par les autorités, et les travailleurs ne suivant pas le règlement pourraient recevoir  ne amende de 1000 $.

Le médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, le Dr Robert Strang, affirme que seul le tiers des travailleurs en rotation se sont fait tester de manière volontaire selon de récentes données, ce qui n’est pas assez selon la province.

Ces travailleurs devront maintenant prévoir un rendez-vous pour leur test, et devront s’isoler 14 jours même si leur résultat est négatif.

Il y a eu des cas parmi les travailleurs en rotation et il existe un risque considérable qu’ils propagent le virus sans le savoir, étant donné la fréquence de leurs déplacements.

Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse

Des tests de dépistage sont aussi recommandés pour les étudiants postsecondaires venant de l’extérieur de la Nouvelle-Écosse (à l’exception de ceux en provenance de l’Île-du-Prince-Édouard et de Terre-Neuve-et-Labrador) lors de leur sixième, septième ou huitième journée de quarantaine.

Les résidents de la province qui ont voyagé au Nouveau-Brunswick entre le 25 décembre et le 9 janvier, ou qui ont accueilli des visiteurs de cette province, devraient aussi effectuer un test de dépistage le plus rapidement possible et s’isoler jusqu’à ce qu’ils reçoivent leur résultat.

La province enregistre un faible taux de COVID-19

Alors que le nombre de cas de coronavirus est en recrudescence dans plusieurs provinces canadiennes, la Nouvelle-Écosse enregistre en ce début d’année un faible taux de contagion.

Les autorités signalent mardi la découverte d’un nouveau cas positif sur son territoire.

Un total 27 personnes sont atteintes du virus dans la province, et aucune d’elles n’est hospitalisée.

Parallèlement, la campagne de vaccination pour les résidents des foyers de soins de longue durée a été lancée lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !