•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loto Atlantique veut étendre son casino en ligne à deux autres provinces

Des machines à sous au casino du Lac-Leamy à Gatineau.

Les casinos en ligne gagnent en popularité en raison de la pandémie.

Radio-Canada

Les joueurs de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard seront les prochains à avoir accès au casino en ligne de la Société des loteries de l’Atlantique, annonce cette dernière.

Le site web du casino virtuel est accessible aux joueurs du Nouveau-Brunswick depuis le mois d’août. Il permet aux résidents de cette province de miser jusqu’à 100 $ à la fois avec une machine à sous virtuelle, entre autres jeux.

La Société des loteries demande aux gouvernements des provinces de l’Atlantique de lui permettre d’ouvrir un casino en ligne depuis une dizaine d’années. La réponse des gouvernements a été négative jusqu’en 2020.

Des jeux en ligne.

La Société des jeux de l'Atlantique a lancé un casino virtuel à l'intention des joueurs du Nouveau-Brunswick en août 2020 et elle veut l'étendre à la Nouvelle-Écosse et à l'Île-du-Prince-Édouard durant la première moitié de 2021.

Photo : www.alc.ca

Cela a changé depuis l’arrivée de la COVID-19, selon le PDG de Loto Atlantique, Chris Keevill. Il explique que les sites de jeu à l’étranger attirent plus de clients tandis que plus de gens restent chez eux à cause de la pandémie.

De nombreux résidents des provinces de l’Atlantique jouent sur ces sites web étrangers, indique M. Keevill. Il dit douter que ces sites aient à cœur l’intérêt et la sécurité de ces joueurs.

Loto Atlantique estime que son projet pilote de casino en ligne au Nouveau-Brunswick est un succès et que ceux pour les deux provinces maritimes peuvent être lancés pendant la première moitié de l’année.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse dit qu’il évalue à l’heure actuelle les jeux en ligne et qu’il fera appel à des experts pour faire en sorte que ses résidents aient un moyen sécuritaire et responsable de jouer en ligne et que les profits servent aux programmes et services publics.

Elizabeth Stephen, une conseillère en matière de jeu compulsif à Halifax, craint que l’offre de jeux en ligne attire plus de joueurs et entraîne plus de problèmes sociaux.

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a déjà donné son feu vert au casino en ligne, mais l’opposition officielle réclame un débat public au sujet des risques et des profits avant que les joueurs de la province y aient accès.

Avec les renseignements de Kerry Campbell, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !