•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La ministre de la Santé mentale n’est pas responsable de la Loi sur la santé mentale

La ministre Audrey Gordon, une femme noire, sourit à la caméra. Elle est vêtue d'un chandail bleu très chic.

La ministre de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances, Audrey Gordon, sera chargée de quatre secteurs de responsabilités bien définies, mais pour l’instant, celui qui encadre les patients dans des établissements psychiatriques n’en fait pas partie.

Photo : Radio-Canada / James Turner

Radio-Canada

La ministre de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances, Audrey Gordon, n’est pas responsable de la Loi sur la santé mentale pour le moment. Une situation dénoncée par l’opposition officielle.

Audrey Gordon a été nommée la semaine dernière à la tête du nouveau ministère de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances lors d’un remaniement ministériel.

La Loi sur la santé mentale du Manitoba ne figure pas parmi les lois dans le mandat de Mme Gordon.

La loi précise les façons dont les patients sont admis dans une unité psychiatrique. Elle décrit aussi la façon dont les soins sont offerts.

La loi est pour le moment du ressort de la ministre de la Santé et des Aînés, Heather Stefanson, selon un décret gouvernemental daté de la semaine dernière.

Le gouvernement a pourtant dit qu’Audrey Gordon est responsable des questions relatives à la santé mentale.

Elle est aussi responsable des lois sur les interdictions de fumer, de la reconnaissance des aides-soignants et de l’appui des jeunes aux prises avec des dépendances, ainsi que la Fondation manitobaine de lutte contre les dépendances, selon le décret gouvernemental.

La province affirme que les responsabilités confiées au nouveau ministère représentent un premier jet. Le gouvernement peaufinera la liste au fur et à mesure que les préparatifs du budget 2021 avanceront.

Il affirme dans un courriel que la réorganisation des départements prend du temps et que le ministère responsable de la Loi sur la santé mentale du Manitoba fait l'objet d'une révision.

Le professeur de science politique à l’Université du Manitoba Paul Thomas affirme que le transfert des responsabilités des ministres mérite d’être examiné.

Notre système politique s'appuie sur des ministres qui sont responsables de leurs portefeuilles, souligne-t-il.

S'ils ne sont pas vraiment responsables, ils n'ont pas l'obligation de s'expliquer, explique Paul Thomas.

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba accuse le gouvernement de museler sa nouvelle ministre de la Santé mentale.

La porte-parole de l'opposition néo-démocrate en matière de santé mentale et de toxicomanie, Bernadette Smith, estime qu'il sera difficile pour la ministre d'avoir un réel impact sans contrôle sur les services et les fournisseurs de santé mentale de la province.

Elle ne comprend pas pourquoi le premier ministre ne laisse pas Audrey Gordon faire son travail.

Bernadette Smith en entrevue dans un salon d'une maison.

Bernadette Smith a déclaré que le gouvernement empêche la ministre de la Santé mentale de faire son travail.

Photo : Radio-Canada / Gary Solilak/CBC/Radio-Canada

La première femme noire ministre

Audrey Gordon a été élue pour la première fois en 2019.

En entrevue à CBC la semaine dernière, elle a affirmé s'impliquer personnellement pour offrir un appui en santé mentale aux personnes dans le besoin.

Je veux m’assurer que les services sont pertinents et appropriés sur le plan culturel.

Audrey Gordon, ministre de la Santé mentale et de la Lutte contre les dépendances

La province publiera une description de travail détaillée pour chaque ministre. La date de cette publication n’a pas été annoncée.

Selon les informations d’Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !