•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les débutants prennent d'assaut les montagnes de la C.-B.

Des randonneurs entourés de neige et de montagnes à perte de vue empruntent le sentier Elfin Lakes du parc provincial Garibaldi, en Colombie-Britannique.

Le manteau neigeux est fragile depuis le début de l'hiver.

Photo : Fournie par Henri Moulier

Radio-Canada

La pandémie pousse les amateurs de ski, de planche à neige et de motoneige à s'aventurer plus haut dans les montagnes de la Colombie-Britannique, selon des professionnels qui s'inquiètent du risque accru d'accidents.

Le guide de haute montagne Monte Johnston, qui travaille à Squamish, dit qu'il n'a jamais vu autant de monde profiter des montagnes que samedi dernier. C'était incroyable, s'exclame-t-il.

Il note que de plus en plus de gens s'essayent au ski hors-piste, à la motoneige et au « splitboarding , un hybride entre la planche à neige et le ski permettant de s'aventurer plus loin dans les montagnes.

Par ailleurs, Avalanche Canada affirme que le risque de glissements est élevé dans les régions Sea-to-Sky et South Coast, près de Vancouver.

Samedi dernier, plusieurs skieurs ont d'ailleurs été évacués par hélicoptère après avoir été pris dans une avalanche près de Whistler. Cette saison, déjà trois personnes sont mortes dans des avalanches en Colombie-Britannique.

Pour sa part, Monte Johnston qualifie le manteau neigeux d'effrayant parce qu'il est constitué d'une lourde couche de 2 mètres de poudreuse qui repose sur une couche de glace fragile, qui peut rompre à tout instant.

On ne sent rien quand on skie parce que c'est trop profond, mais s'il y a le moindre problème, ce sera une avalanche catastrophique, ajoute-t-il.

Une formation de base

Monte Johnston recommande aux personnes qui veulent s'aventurer hors des pistes de s'inscrire au Cours de sécurité en avalanche, niveau 1 (CSA 1) pour apprendre les bases de la planification d'une journée, l'évaluation du terrain, l'utilisation des appareils de localisation et le sauvetage.

James Floyer, chef prévisionniste à Avalanche Canada, note que le CSA 1 est déjà très populaire cette année. Il confirme que de plus en plus de gens s'aventurent en montagne, ce qui entraîne pour les équipes de recherche et de sauvetage une charge de travail sans précédent.

Hormis le CSA 1, James Floyer recommande de suivre Avy Savvy, un cours en ligne gratuit offert en anglais par Avalanche Canada.

Avec les informations d'Andrea Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !