•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le nombre de cas passe sous la barre des 3000 en Ontario

Un homme en patins sur une patinoire devant les lettres lumineuses de Toronto.

Un employé de la patinoire du square Nathan Phillips, à Toronto, porte un masque.

Photo : CBC / Evan Tsuyoshi Mitsui

Radio-Canada

L'Ontario recense mardi 2903 nouveaux cas quotidiens de COVID-19, dont 8 cas du variant découvert au Royaume-Uni.

Il s'agit d'une légère baisse pour une deuxième journée de suite. Après avoir frôlé les 4000 cas quotidiens la semaine dernière, la province enregistrait 3338 nouvelles infections hier et passe sous la barre des 3000 cas aujourd’hui.

Santé publique Ontario signale également 41 nouveaux décès.

Le nouveau bilan des autorités fait état de 222 023 cas recensés depuis le début de l'épidémie et de 5053 morts liées au coronavirus.

La santé publique fait état de 3353 cas rétablis, ce qui porte le nombre de patients rétablis à 186 829 depuis le début de la pandémie.

Les régions les plus touchées demeurent celles du sud de la province.

  • Toronto : +837 cas

  • Peel : +545 cas

  • York : +249 cas

  • Niagara : +246 cas

Selon les chiffres de Santé publique Ontario, le nombre d’hospitalisations se chiffre à 1701.

Le nombre de patients aux soins intensifs est également en légère baisse, à 385, tout comme le nombre de personnes sous respirateur, à 262.

La province a aussi enregistré 198 nouveaux cas dans les foyers de soins de longue durée au cours des dernières 24 heures ainsi que 23 décès supplémentaires.

Dépistage à nouveau en baisse

Le nombre de personnes testées reste diminue également. Seulement 44 802 tests ont été réalisés mardi. 

Les tests en attente de résultats se chiffrent à 43 154.

État d'urgence

Pour contrer la propagation constante de virus, Doug Ford déclare l'état d'urgence à partir du 14 janvier à 0 h 01.

L'état d'urgence sera en vigueur pour au moins 28 jours. Les Ontariens doivent rester à la maison en tout temps et limiter leurs déplacements aux trajets essentiels seulement, sous peine de recevoir une contravention.

Une série de nouvelles restrictions entreront en vigueur, dont la prolongation de l'enseignement à la maison dans cinq régions et le port du masque obligatoire pour les élèves de la 1re à la 3e année qui se présenteront en classe.

Nouvelles projections

La province a publié ce matin de nouvelles projections de modélisation sur l’évolution de la pandémie.

Selon ces projections, le nombre total de morts dans les foyers pour aînés durant l'actuelle deuxième vague de la pandémie risque ainsi de dépasser celui de la première vague.

Jusqu'à 1500 bénéficiaires de plus dans les centres de soin de longue durée en Ontario pourraient mourir d'ici le 14 février, si rien n'est fait, selon ces projections de modélisation dévoilées par le gouvernement Ford.

Les modèles présentés suggèrent que les Ontariens doivent réduire encore davantage leurs contacts, sans quoi le système de santé sera débordé.

Le nombre de morts pourrait également dépasser les décès enregistrés lors de la première vague, et ce, avant même qu’un vaccin n'ait eu un impact important sur la progression de la transmission.

Toronto met en place ses propres cliniques

Toronto reste la ville qui recense le plus de nouvelles infections chaque jour.

La Ville prévoit ouvrir son premier centre de vaccination contre la COVID-19 dès la semaine prochaine, trois mois plus tôt que prévu.

Elle permettra de vacciner les travailleurs de première ligne qui administrent les vaccins ainsi que les personnes qui travaillent auprès des sans-abri.

Ils pourront obtenir leur première dose au Palais des congrès, au centre-ville de Toronto.

Le centre de vaccination aura notamment pour but d'aider la province à se préparer pour l'opération d'immunisation de masse lorsque le vaccin sera accessible à l'ensemble du public.

La Ville Reine met aussi en place des centres de dépistage temporaires aujourd'hui, mardi, afin d’augmenter le dépistage dans les secteurs les plus à risque.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !