•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un accidenté de motoneige crée une orthèse... et une entreprise mondiale

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
François Côté et son partenaire, Stéphane Savard

François Côté et son partenaire, Stéphane Savard

Photo : Radio-Canada / Mireille Roberge

Félix Morrissette-Beaulieu

Victime d'un grave accident de motoneige, François Côté vit désormais avec le syndrome du pied tombant. Ayant décidé de ne pas s'apitoyer sur son sort, cet idéateur a plutôt créé une orthèse lui ayant permis de retrouver sa vie active.

La vie de François Côté, un résident de Québec, bascule en 2001. À la suite de son accident, il souffre d'une pathologie qui l'empêche de lever convenablement son pied gauche et ses orteils.

Chez certaines personnes, ça peut guérir. Mais moi, ça ne guérira pas parce que suite à l'accident, la dislocation des genoux, les fractures, le nerf a complètement arraché. Il en manquait même des bouts, explique M. Côté, ancien concepteur pour le Groupe océan.

Après deux ans de réadaptation, il tente sans succès de trouver une orthèse qui lui permettrait de retrouver sa vie active. Mais dans sa situation, ces orthèses sont inconfortables.

À l'intérieur de la chaussure, il y avait une plaque de plastique vraiment rigide, ça monte le long de la jambe. Ce sont vraiment des équerres qui sont très rigides et qui sont en contact avec la peau. Lorsque tu as ça dans ton soulier, tu ne peux pas pratiquer des activités intenses. Tu marches comme un robot, indique M. Côté à l'émission matinale Première heure.

Comment son entreprise est née

C'est ainsi qu'il se lance dans la conception de prototypes dans son garage.

Au bout de quatre ans, il met au point une orthèse confortable pour le sport, notamment.

Les prototypes n'étaient pas esthétiques, ce que je recherchais, c'était la fonction. Ce n'était pas nécessairement beau, mais ça fonctionnait très bien

François Côté

Ainsi est née l'entreprise Turbomed, fondée par François Côté et son associé, Stéphane Savard. L'orthèse se porte à l'extérieur. Elle est complètement flexible. Toutes les autres fonctions motrices du pied et la cheville peuvent plier. Les autres muscles ne sont pas atrophiés.

Au fil des ans, l'esthétique s'est aussi améliorée, selon le concepteur.

L'orthèse mise au point lui permet de courir, de faire de la randonnée, du ski alpin et du vélo.

L'orthèse développée par François Côté se porte à l'extérieur.

L'orthèse mise au point par François Côté se porte à l'extérieur.

Photo : Radio-Canada

François Côté a d'ailleurs couru une quinzaine de marathons depuis son accident.

Brasser des affaires dans le monde

Aujourd'hui, l'entreprise de Québec compte 5 employés et vend environ 8000 orthèses annuellement partout dans le monde.

Dans le monde, il s'en vend plusieurs centaines de milliers, de prothèses, par année, des orthèses de pied tombant, lance M. Côté pour expliquer le marché à développer.

Ses clients peuvent souffrir de la pathologie après un accident cardio-vasculaire, un accident ou la sclérose en plaques, notamment.

Avec les informations de Mireille Roberge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !