•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les T.N.-O. dévoilent un rapport sur leur lutte contre les changements climatiques

Un lac dans les environs de Yellowknife.

Le gouvernement des T.N.-O. veut s'assurer que ses décisions prennent en compte les répercussions des changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest présente sa première série de quatre rapports sur son Plan d’action en matière de changement climatique qui table notamment sur la réduction du coût de l’électricité.

Dans son plan 2019-2023, il s'engage à fournir tous les ans un rapport sur les progrès pour atteindre les objectifs fixés. Les T.N.-O. veulent se doter d’une économie où les combustibles fossiles auront diminué afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 30 % d’ici 2030.

Dans cette première série de rapports, le gouvernement ténois donne l’état d’avancement en ce qui concerne les changements climatiques.

Une énergie verte moins chère

Il est aussi question des initiatives énergétiques. On apprend que les travaux de planification de la ligne de transmission pour transporter les surplus électriques de la centrale hydroélectrique de Taltson à Fort Providence et à Kakisa ont progressé.

Ce projet signera quasiment la fin de la production d’électricité générée par le diesel et permettra de réduire les tarifs d’électricité dans ces collectivités. Une ligne de transmission similaire en est aussi à l'étape des travaux de planification en ce qui concerne la centrale hydroélectrique Snare, à Whatì.

La modernisation des centrales hydroélectriques de Taltson et de Snare devrait approvisionner les Ténois en énergie verte, et ce, de manière fiable. Des recherches et une étude ont été effectuées dans le cadre du projet d’agrandissement de la centrale de la rivière Taltson.

Une fois terminée, cette centrale stratégique fournira de l’énergie verte à l’industrie des ressources naturelles et créera des emplois pour les partenaires autochtones , assure la ministre de l’Infrastructure, Diane Archie.

La dernière année a été mouvementée. Malgré les récentes difficultés attribuables à la pandémie de COVID-19, nous continuons à avancer et à poursuivre nos objectifs à long terme pour bâtir un avenir énergétique sûr, abordable et durable, et une économie moins dépendante des combustibles fossiles.

Diane Archie, ministre de l’Infrastructure
La rivière Taltson.

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest mise beaucoup sur le projet de la rivière Taltson.

Photo : N.W.T. Power Corporation

Les faits marquants du changement climatique

Le premier rapport de 120 pages fait état des progrès réalisés en ce qui concerne les cibles de réduction des émissions de gaz à effet de serre et la compréhension des répercussions des changements climatiques.

À ce propos, bien que 96 mesures sur 104 soient en cours, 3 mesures seulement ont été réalisées, alors que rien n'a encore été fait pour 5 d'entre elles. Toutefois, le ministre des Ressources naturelles, Shane Thompson, assure que les mesures seront toutes mises en oeuvre avant la fin de mars 2023.

Le rapport souligne les faits qui ont marqué la première année du Plan d’action 2019-2020. Il mentionne par exemple que la taxe sur le carbone augmentera chaque année, passant de 20 $ la tonne en 2019 à 50 $ en 2023.

Une route de glace bleue déblayée de sa neige est craquelée.

Une fissure fend la route de glace Blue Dettah, à Yellowknife, sur le Grand lac des Esclaves.

Photo : Getty Images / iStock / Jessica Harrison

Ces faits marquants concernent différents secteurs. Un programme de surveillance évalue les quantités d’eau et de neige, mais également la température du sol et du pergélisol ou encore l’état des espèces sauvages et de leurs écosystèmes.

Étant donné la complexité et l’ampleur du dossier climatique, le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles soutient la création d’un conseil sur les changements climatiques. Celui-ci sera composé de gouvernements et d’organisations autochtones. Le Conseil entrera en scène en 2020-21.

Pour ce qui est des résultats, le rapport regrette que les ressources, y compris en matière d’effectifs, et le financement soient insuffisants dans de nombreux domaines d’action.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !