•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de détresse psychologique chez les adolescents

Une personne utilise une souris et un clavier d'ordinateur.

L'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens s'inquiète de l'obligation par le gouvernement Ford d'imposer des cours en ligne à tous les élèves du secondaire.

Photo : iStock

Radio-Canada

Selon la coordonnatrice de la Maison de jeunes de Chicoutimi, Karine Bouchard, la détresse est de plus en plus marquée chez les adolescents en raison de la pandémie.

Ça se voit de différentes façons. Ça peut être juste le fait qu'ils ont besoin de venir voir leurs intervenants pour discuter beaucoup. On parle de suicide, de toxicomanie. Il y a des jeunes qui consomment plus, des jeunes ont aussi augmenté leur médication. Des jeunes qui peuvent se mutiler aussi. Donc oui il y a plus de détresse psychologique au niveau de nos adolescents, a-t-elle raconté.

Les jeunes élèves du secondaire auront une semaine de plus à passer à la maison, alors que le retour en classe ne se fera que le 18 janvier. La nouvelle du report, annoncée mercredi dernier, avait été plutôt déstabilisante pour les adolescents qui souffrent déjà de beaucoup de stress depuis le tout début de la pandémie.

Avec les mesures sanitaires, dont l'école à la maison, les jeunes sont isolés plus que jamais à un âge où les contacts sociaux sont plus qu'importants.

Les nouveaux dossiers d'adolescents ayant besoin d'aide s'empilent sur le bureau de la travailleuse sociale Louise Grandisson, alors que l'anxiété est de plus en plus présente.

D'autres jeunes qui vivaient beaucoup d'isolement et qui étaient souvent stimulés par le fait d'être à l'école pour éviter cet isolement et être en relation avec les collègues de classe. Ça, ça manque à beaucoup de jeunes qui sont face à eux, face à l'isolement, à la solitude et parfois même à leur propre détresse personnelle, a relaté la travailleuse sociale.

D'après un reportage de Gabrielle Morissette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !