•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Présence 1 jour sur 2 au secondaire : « J’ai vraiment hâte de retourner à l’école »

L'adolescente est devant un ordinateur sur un bureau avec un cahier d'apprentissage et du matériel scolaire.

Une adolescente suit un cours à la maison

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Le retour en classe des élèves du secondaire de l’Abitibi-Témiscamingue se fera le 18 janvier prochain. D’ici là, ils continuent l’école à distance avec tout ce que cela comporte comme mesures d’adaptation.

Maeva Frenette est élève en secondaire 4 à la polyvalente le Carrefour de Val-d’Or. Elle est au programme des apprentissages à l’international. Depuis le 17 décembre 2020, elle fait l’école à distance.

Elle a développé sa routine. Je me réveille, je déjeune. Ensuite, je commence. Je m’installe à une table. Je prépare mes cartables pour la journée. Je commence mon premier cours. Elle avoue toutefois que la journée peut paraître longue. C’est sûr que les cours, ça devient un peu long. C’est difficile de rester accrochée, dit-elle.

« C’est sûr qu’il y a un écran qui nous sépare, donc ce n’est pas toujours évident.  »

— Une citation de  Maeva Frenette, élève en secondaire 4

Cependant, dans l’ensemble, pour Mlle Frenette, l’école à distance se passe bien, même si de socialiser et le contact des amis lui manque un peu. C’est sûr que je me suis dit que ça n'allait pas être longtemps comme ça, mais en même temps on ne sait pas vraiment. Ça va dépendre de comment la pandémie évolue, avance-t-elle d’un ton lucide.

Sa consolation était de savoir que l’école en présentiel allait recommencer bientôt. C’était un petit boost à donner avant que tout redevienne, entre guillemets, normal, lance-t-elle. Lorsqu’interrogée à savoir à quel point elle attend le retour en présentiel à l'école, Mme Frenette répond: Je l’attends impatiemment. J’ai vraiment hâte de retourner à l’école.

Dans la même école, Julia-Rose Gagnon, également en secondaire 4, pense qu’en faisant l’école à distance, on peut être facilement distrait. C’est sûr que des fois, c’est difficile de se maîtriser. On a notre téléphone à côté de nous. La routine est un peu plus dure, dit-elle.

Elle ajoute qu' à l’école, il y a un peu plus d'équilibre. Elle aussi, l’école en présentiel lui manque. Avec les professeurs, c’est un plus facile d’interagir [...] si on a des questions c’est plus facile de leur demander. Ça fait du bien au moral de voir d’autres gens que notre bulle familiale, confie-t-elle.

Pour ce qui est de l’adaptation à tout l’aspect technologique de l’école à distance, les deux élèves affirment n’avoir eu aucun problème. On a eu quelques pratiques avant de partir pour le congé des Fêtes. Donc on était quand même assez prêts, dit Julia-Rose Gagnon.

Tout est sous contrôle

Au sein des centres des services scolaires, les choses semblent sous contrôle. Au Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue, l'école à distance se passe bien jusqu’ici. Selon la directrice des services éducatifs, Nicole Lavoie, les écoles secondaires se sont plutôt bien adaptées à la réalité de l’enseignement à distance.

En fait, nous ça fonctionne assez bien puisqu’on avait d’emblée cet automne équipé chacun de nos élèves d’une tablette de type iPad. Donc chaque élève a une possibilité de se brancher avec son enseignant. Les jeunes se branchent selon leur horaire en suivant leurs cours habituels, explique-t-elle.

Pour ce qui est du retour en classe en présentiel, un plan précis a été mis en place par le CSSLT. Mme Lavoie révèle que les élèves du secondaire vont faire les choses différemment afin de s’adapter au contexte de pandémie.

C’est sûr qu’à partir du 18 ça sera un petit peu différent, parce ce que ça va être hybride pour les secondaires 3, 4, 5 [...] c’est-à-dire que les élèves de secondaire 3 seront par exemple le jour 1 à l’école, le jour 2 à distance, dit-elle. Elle ajoute que l’enseignant devra donc faire un mélange entre l'enseignement en présentiel et à distance.

Ils et elles pourront, par exemple, donner peut-être plus de temps d'enseignements précis quand les élèves seront en présence. Ils pourront ensuite donner des supports d’enseignements pour les journées pendant lesquelles les élèves feront l’école de la maison, suggère Mme Lavoie.

« De façon générale, les élèves ont une belle résilience. Ils sont présents, ils sont là, ils font les tâches demandées. »

— Une citation de  Nicole Lavoie, directrice des services éducatifs au CSSLT

Le son de cloche est le même au Centre de services scolaire de l'Or-et-des-Bois. Annik Imbeault, directrice adjointe des ressources éducatives, s’occupe de la pédagogie et des ressources complémentaires et selon elle, tout va bien avec l’école à distance.

Pour l’instant, nous avons un bon taux de présence au niveau des élèves. On a la chance d’avoir eu une bonne préparation au niveau de la bascule avec les enseignants et tout le plan numérique, affirme-t-elle. Cette semaine, les directions travaillent à réorganiser l’horaire[...] les élèves de la 3e à la 5e secondaire seront en présentiel en alternance.

En plus des portables qui ont été distribués aux élèves avant la pause des Fêtes, le Centre de services scolaire de l'Or-et-des-Bois travaille sur des façons de réguler les présences des élèves du secondaire . Mme Imbeault affirme réfléchir sur le meilleur modèle.

Si la situation perdure...

Nos équipes sont prêtes. Nos enseignants ont eu la formation, puis ils sont préparés [...] donc pas d'inquiétude à ce niveau, pense Annik Imbeault.

Au Centre de services scolaire du Lac-Témiscamingue, on relève certains aspects sur lesquels il faudra porter une attention particulière. Par exemple, les évaluations pourraient être problématiques. Pour la directrice des services éducatifs, Nicole Lavoie, en ayant encore une journée en présentiel, on évite tout un casse-tête.

On peut éviter de faire de l’évaluation à distance, puis éviter la copie ou le fait que les élèves aillent chercher les réponses, dit-elle pour expliquer combien une journée en classe, même en alternance, est importante.

Au menu des autres sujets de conversation qui circulent dans le milieu des enseignants si l’école à distance perdure s’inscrit le décrochage scolaire, en ces moments difficiles de pandémie.

Il y a des mesures qui risquent de venir. On entend parler des mesures de tutorat pour les élèves en difficulté [...] ou encore des mesures pour le soutien psychosocial de ces adolescents qui peuvent être plus isolés, confie Mme Lavoie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !