•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De retour sur ses skis, Alex Beaulieu-Marchand n'a pas dit son dernier mot

Alex Beaulieu-Marchand en sera à une deuxième participation au Jamboree de Québec.

Alex Beaulieu-Marchand en sera à une deuxième participation au Jamboree de Québec.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Martin

Onze mois après avoir subi une grave blessure à l’épaule, Alex Beaulieu-Marchand profitera des X Games pour effectuer son retour à la compétition, fin janvier. À 26 ans, le « vieux » skieur de Québec commence à penser au prochain chapitre de sa carrière, mais il n’a pas encore dit son dernier mot.

Je vais avoir 27 ans cette année. Ce n’est pas vieux du tout, mais je me sens vieux. J’ai presque dix ans de plus que la plupart des jeunes qui s’en viennent à mon niveau, lance le multiple médaillé des X Games en riant.

Blessé lors d’une chute à sa toute dernière compétition avant le début de la pandémie, l’hiver dernier, Beaulieu-Marchand n’a pu remonter sur ses skis qu’en novembre. Mon épaule a disloqué vers le bas et ça a tout déchiré. Il a fallu qu’ils vissent un os pour venir bloquer mon épaule en place, mais là ça devrait être assez solide.

Alex Beaulieu-Marchand

Alex Beaulieu-Marchand

Photo : Getty Images / Clive Mason

La longue pause qui a suivi l’opération a été bénéfique autant physiquement que mentalement, estime celui qui skiait pratiquement douze mois par année entre les compétitions et les tournages de films. L’athlète originaire de Saint-Augustin-de-Desmaures a déménagé en Colombie-Britannique, au printemps, et il a recommencé des études universitaires en administration.

Ça fait neuf ans que je compétitionne en slopestyle et en big air. Mon corps en a vu de toutes les sortes. Des fois, j’aurais tendance à dire que j’aimerais passer au prochain chapitre de ma carrière, mais je suis encore tellement présent. J’ai de bien meilleures chances de bons résultats que quand j’étais plus jeune.

Skier pour le plaisir

Cette dualité est au centre des réflexions de Beaulieu-Marchand, cette année, alors qu’il devra décider s’il tente de se qualifier pour ses troisièmes Jeux olympiques, à Pékin. Ce qui impliquerait un calendrier chargé sur le circuit de la Coupe du monde, en début de saison prochaine.

ABM ne délaissera certainement pas le ski. L’idée de s’installer à Whistler est justement née de son envie d’explorer l’arrière-pays des Rocheuses canadiennes, y skier pour le plaisir et y filmer des projets vidéo.

Alex Beaulieu-Marchand célèbre avec un drapeau canadien autour du cou.

Le skieur acrobatique Alex Beaulieu-Marchand après sa troisième place à l'épreuve de slopestyle, aux Jeux olympiques de PyeongChang.

Photo : Radio-Canada

Mais l’aspect compétitif du ski libre ne lui est jamais venu si naturellement, pointe celui dont la discipline a fait son arrivée aux Olympiques alors qu’il faisait ses débuts sur la scène internationale, à 19 ans.

La compétition, ça m’a donné des raisons de surmonter tous les obstacles et ça a fait ressortir le meilleur de moi-même, mais ça donne aussi lieu à des moments où tu dois faire des trucs dans des situations pas évidentes.

Lorsqu’on doit s’élancer sur un saut de presque 14 mètres par une journée venteuse, il n’y a pas de place à l’hésitation.

Indécis pour les Jeux de Pékin

C’est pourquoi Alex Beaulieu-Marchand aborde les prochains X Games avec la sagesse du skieur vétéran. Le coeur y est encore, mais près d’un an après sa dernière compétition, il attend de voir s’il pourra se faire justice sur les pentes d’Aspen.

Si je décide que je ne veux pas aller à la guerre pour aller aux Jeux olympiques, il va y avoir de très bons jeunes Canadiens pour prendre ma place.

Alex Beaulieu-Marchand

N’empêche, ce serait une erreur de sous-estimer celui qui revenait d’une blessure au genou et d’une commotion cérébrale lorsqu’il avait mis la main sur une médaille de bronze en descente acrobatique (slopestyle), à Pyeongchang, en 2018.

Le niveau aux X Games va être incroyable, c’est sûr. Moi, je n’ai pas skié beaucoup dans la dernière année, mais on dirait que chaque fois que des choses comme ça sont arrivées, je suis revenu plus fort. J’ai quelques idées en tête. Je vais tout donner et offrir le meilleur spectacle possible, lance-t-il sourire en coin.

À bientôt 27 ans, de retour au sommet de sa forme, le « vieux » ABM a encore quelques leçons à donner aux plus jeunes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !