•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CHU de Québec prêt à recevoir des patients de l’extérieur

Un patient séjourne dans une unité de soins intensifs.

Un patient séjourne dans une unité de soins intensifs.

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Alors que certains hôpitaux du Grand Montréal commencent à manquer de lits de soins intensifs et à transférer des patients ailleurs, le CHU de Québec assure qu’il pourrait répondre à la demande s’il était appelé à soigner des patients atteints de la COVID-19 en provenance d’autres régions.

Pour l’instant, des patients de l’ouest de la Montérégie ont été transférés à Sherbrooke, de Laval vers les Laurentides et de Longueuil vers Saint-Hyacinthe.

On n'a pas reçu à date d'appel en ce sens-là, mais il est évident que si on avait un appel, on répondrait présent et on accueillerait ces patients-là sans problème, assure le Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec.

Tant que les hôpitaux à proximité de Montréal auront des lits disponibles, il serait toutefois surprenant de voir des patients de la métropole transférer à Québec. On essaie d’aller le moins loin possible, donc de faire appel aux régions limitrophes, explique le gestionnaire.

Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec

Dr Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec

Photo : Radio-Canada

Stéphane Bergeron rappelle aussi que ce ne serait pas la première fois que des cas complexes de COVID-19 seraient transférés à Québec.

On l'a fait pour supporter la région de Chaudière-Appalaches, on l'a fait pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean lorsqu'ils avaient des besoins et que leur système était en difficulté. Est-ce que ça pourrait se réaliser pour Montréal? C'est une possibilité.

Les hôpitaux désignés pour soigner les personnes atteintes de la COVID-19 dans la Capitale-Nationale accueillent présentement 118 patients, dont 15 aux soins intensifs. La situation s’est améliorée comparativement au début de mois décembre, mais on voit qu’il y a une dégradation toute récente dans les derniers jours, observe le Dr Bergeron.

Triage des patients et délestage

Il invite la population à respecter au maximum les mesures sanitaires et le couvre-feu, notamment pour éviter que la situation ne se dégrade davantage, comme c’est le cas dans certains pays.

On voit à l'échelle internationale comment les situations deviennent en dérapage rapidement. On peut regarder présentement ce qu'il y a en Grande-Bretagne, ce qui se passe en Californie.

Il ne faut pas se rendre jusqu'où c'est ailleurs parce que les conséquences de ça sont dramatiques.

Une citation de :Stéphane Bergeron, directeur des services professionnels au CHU de Québec

Les équipes médicales du Québec n’ont pas encore eu à refuser des traitements à certains patients en raison de la surcharge des hôpitaux, mais des formations sur le protocole de triage ont été lancées récemment pour se préparer au pire. Le ministère de la Santé indique que ce protocole n’aura pas à être appliqué avant au moins plusieurs semaines.

Les conséquences de la COVID-19 sont néanmoins déjà bien réelles pour les quelque 140 000 personnes en attente d’une chirurgie alors que le délestage doit s’intensifier dans les prochains jours face au manque de lits en soins intensifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !