•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maires n'acceptent toujours pas la centralisation des appels 911

Des camions de pompiers et de la police sont garés sur une rue enneigée non loin du site de la déflagration à Calgary.

Les maires de Calgary, Lethbridge, Red Deer et de la municipalité de Wood Buffalo demandent à Jason Kenney d'annuler la centralisation des appels d'urgence.

Photo : Radio-Canada / Anis Heydari

À partir de mardi, l’Alberta passe de sept à trois centres d'appels d’urgence, mais les maires des quatre municipalités touchées par cette centralisation soulèvent leurs frustrations et inquiétudes.

Pour nos communautés, ce n’est pas de la partisanerie, ce n’est pas de la politique et ce n’est même pas une question d’argent. Cette situation est une question de vie ou de mort , s'exclame Tara Veer, la mairesse de Red Deer.

Elle ajoute que la municipalité de Wood Buffalo, les villes de Red Deer et de Lethbridge ont offert d’extraire de leur budget respectif les fonds nécessaires pour financer leur propre service d’appel d’urgence.

Le maire de Lethbridge, Chris Spearman, ne comprend pas pourquoi la province a refusé cette offre : Nos appels à M. Kenney semblent être tombés dans l’oreille d’un sourd.

Si la centralisation a bien lieu mardi, ce sera la preuve que le ministre provincial de la Santé et ce gouvernement se préoccupent peu des patients et souhaitent imposer un système avec peu de services sans le poids des responsabilités.

C’est le temps d’agir M. Kenney. Ou vous soutenez votre ministre de la Santé ou vous soutenez les Albertains.

Chris Spearman, maire de Lethbridge

De son côté, le maire de Calgary, Naheed Nenshi, déplore le manque de communication sur la transition. Services de santé Alberta a démontré que son désir de contrôler [le service d’appel d’urgence] est plus important que sa performance, dit-il.

Pour le maire de la municipalité de Wood Buffalo, Don Scott, la centralisation n’aura pas d’autre effet que de coûter des vies, car il croit qu’elle rallongera le temps de réponse : Notre région est plus grande que la Nouvelle-Écosse et l’ambulance la plus proche est à plus de trois heures de route.

La province pense que la centralisation des appels d'urgence permettra d’économiser plus de 6 millions de dollars par an.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !