•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les lobbyistes embauchés par WestJet sont des anciens du PCU

Nick Koolsbergen, un avion de WestJet et le premier ministre albertain, Jason Kenney.

L'entreprise calgarienne WestJet a fait du lobbying auprès du gouvernement albertain grâce à la firme Wellington Advocacy, fondée par Nick Koolsbergen (à gauche).

Photo : CBC

La compagnie aérienne WestJet a fait du lobbying auprès du gouvernement albertain ces derniers mois par l’entremise de Wellington Advocacy. Cette firme a été fondée et est dirigée par un ancien collaborateur politique du premier ministre Jason Kenney. L’opposition néo-démocrate et un expert en éthique s’interrogent sur ce lobbying.

Le président-directeur général de Wellington Advocacy, Nick Koolsbergen, a été le chef de cabinet de Jason Kenney de 2017 à 2018, puis a été son directeur de campagne jusqu’aux élections provinciales albertaines d’avril 2019. Le mois suivant, il a fondé cette entreprise.

Ces liens entre son PDG et Jason Kenney ont d’abord été révélés par le journal indépendant The Sprawl.

Selon le registre des lobbyistes de l’Alberta, Wellington Advocacy fait du lobbying auprès du gouvernement albertain depuis mars 2020, notamment auprès du bureau du premier ministre, au nom de son client WestJet, notamment pour communiquer des informations générales au gouvernement de l’Alberta pour l'aider à devenir la région la plus compétitive [au pays] dans le secteur de l’aviation.

Une personne assise sur un banc dans un aéroport près de ses valises.

Cet automne, les gouvernements albertain et canadien ont mis en place à l'aéroport de Calgary un projet pilote de dépistage rapide qui permet de raccourcir la durée de la quarantaine.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Parmi les lobbyistes figurent également le vice-président de l’entreprise, Brad Tennant, qui a déjà été directeur du Parti conservateur uni (PCU), ainsi que son directeur des affaires publiques, Peter Csillag, un ancien directeur de la gestion des problèmes pour le caucus du PCU.

Nous respectons les obligations des registres des lobbyistes de toutes les juridictions où nous faisons affaire, affirme WestJet.

Wellington Advocacy a refusé notre demande d’entrevue, affirmant qu’elle ne fait pas de commentaires sur ses clients et qu’elle respecte les règles sur le lobbying de l’Alberta.

Les aéroports et les voyages aériens sont la juridiction du gouvernement du Canada, écrit pour sa part Harrison Fleming, un porte-parole du premier ministre Jason Kenney. Le gouvernement fédéral a décidé de garder les aéroports ouverts et le gouvernement de l’Alberta a l’obligation de rendre les voyages aussi sécuritaires que possible, particulièrement durant une pandémie.

Un traitement préférentiel?

Le lobbying de WestJet auprès du gouvernement albertain grâce à la firme Wellington Advocacy semble respecter toutes les règles de lobbying de la province.

Le professeur de gouvernance, de droit et d’éthique de l’Université York, en Ontario, Richard Leblanc croit toutefois que les liens entre Wellington Advocacy et le gouvernement de Jason Kenney soulèvent des questions.

Bien qu’ils puissent être en tout respect des règles de lobbying, [ces liens] auraient-ils pu donner un accès ou un traitement préférentiel [à WestJet]?

Une citation de :Richard Leblanc, professeur de gouvernance, de droit et d'éthique, Université York

Pour le déterminer, il faudra, selon lui, porter une grande attention aux décisions du gouvernement par rapport à l’industrie aérienne, pour s’assurer qu’elles sont basées sur le mérite et la qualité et qu’elles ne sont pas influencées par des relations personnelles préexistantes.

Un avion.

L'entreprise WestJet, établie à Calgary, a récemment licencié des milliers d'employés, en raison de l'incertitude sur l'avenir de son industrie.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

La porte-parole néo-démocrate en matière de démocratie et d’éthique, Heather Sweet, s’inquiète quant à elle que des Albertains se sentent obligés d’engager des lobbyistes pour se faire entendre du gouvernement conservateur uni.

Nous avons entendu beaucoup d’Albertains, d’organismes à but non lucratif et d’entreprises dire qu’ils n’arrivent pas à avoir accès au gouvernement, raconte-t-elle. L’automne dernier, les municipalités de Calgary, de Cochrane et d'Airdrie ont notamment engagé une firme pour faire du lobbying auprès du gouvernement provincial, une pratique peu courante.

Ce qu’on voit, c’est que, si l'on est connecté avec les amis et les alliés du premier ministre, on obtient l’accès. Si on peut payer les services d’une entreprise de lobbying associée au premier ministre, on obtient l’accès, mais si on ne peut pas payer, on ne l’aura pas.

Une citation de :Heather Sweet, porte-parole du NPD en matière de démocratie et d'éthique

Le gouvernement albertain fait la promotion du voyage sécuritaire

Bien que les autorités de santé publique albertaine découragent tout voyage non essentiel, le gouvernement de Jason Kenney a maintes fois fait la promotion de voyages sécuritaires pour donner un coup de main à son économie.

Lors d’une conférence de presse, le 1er janvier, le premier ministre a affirmé qu’il le faisait pour protéger les vies et le gagne-pain des Albertains.

Suspendre tout voyage causerait des dizaines de milliers de pertes d’emplois et l’effondrement de l’industrie du transport aérien au Canada, selon lui. Il a insisté sur l’importance de WestJet, une entreprise de Calgary, pour l’économie albertaine.

Je ne crois pas que WestJet survivrait si on suspendait tout voyage. L’échec de cette compagnie serait une catastrophe pour l’économie de l’Alberta.

Une citation de :Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Richard Leblanc croit que le gouvernement conservateur uni envoie des messages contradictoires en demandant, d’une part, aux Albertains d’éviter les voyages non essentiels et, d’autre part, en faisant la promotion du voyage sécuritaire .

En octobre, WestJet, dont le siège social est à Calgary, a participé à une initiative pour faciliter les voyages internationaux, soit un projet pilote de dépistage rapide à l’aéroport de Calgary, récemment repris à l’aéroport Pearson de Toronto.

En novembre, l’État américain de Hawaï a autorisé les Canadiens à y voyager sans faire de quarantaine s’ils obtenaient un test de dépistage négatif dans les trois jours avant leur départ. WestJet et Air Canada font, depuis, la promotion de corridors de voyage sécuritaires entre le Canada et Hawaï.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !