•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aînée métisse Dolorès Gosselin publie son premier livre : Mes ancêtres m'ont raconté

Dolorès Gosselin avec des lunettes dans une pièce d'une maison.

Dolorès Gosselin explique qu'elle est très liée aux histoires racontées par ses ancêtres.

Photo : Radio-Canada / Thomas Asselin

Zoé Le Gallic-Massie

L'aînée métisse Dolorès Gosselin lance son nouveau recueil d’histoires trilingues, intitulé Mes ancêtres m'ont raconté.

En français, en métchif et en anglais, ce recueil d’histoires regroupe 14 illustrations.

Un des buts, c’est de promouvoir la langue métchif qui a été perdue depuis des années, explique Dolorès Gosselin.

La couverture du livre avec un capteur de rêves, des étoiles et des plumes.

Le livre est aussi en vente à la boutique du Musée de Saint-Boniface.

Photo : Photo soumise par Dolorès Gosselin

Le métchif (ou mitchif), la langue la plus parlée par les Métis, se compose de cri et de français. Cette langue emprunte aussi à l’anglais et à d’autres langues autochtones, notamment à l’ojibwé, précise un article de l’Encyclopédie canadienne.

Le livre est publié en collaboration avec l'artiste métisse multidisciplinaire Chris Larsen. Elle y a peint 14 tableaux, qui font maintenant partie de Mes ancêtres m'ont raconté.

Retour aux sources

Dans cette œuvre de 108 pages, Dolorès Gosselin propose sept enseignements autochtones, soit l'humilité, l'honnêteté, le respect, le courage, la sagesse, la vérité et l'amour.

Elle aimerait rappeler ces principes universels au grand public.

J’aimerais ça que les parents lisent ces histoires avec les enfants. Ainsi, ensemble, ils peuvent apprendre à propos de ces enseignements très importants.

Dolorès Gosselin

Ça fait longtemps que je suis raconteuse et ce sont les histoires que je raconte parce que je pense que ce sont des enseignements qui sont importants, explique-t-elle en entrevue au Téléjournal Manitoba.

Enseigner la vie

J’ai décidé d’écrire ces histoires parce que je me dis : quand je vais partir, on va perdre mes histoires. Alors, si elles sont écrites, ça va rester, dit Dolorès Gosselin

Enseignante à l'École Héritage Immersion, à Saint-Pierre-Jolys, Suzie Lemoine a acheté le livre pour elle-même, mais aussi pour ses élèves de 7e et 8e année.

« Je profiterai du livre pour raconter, voir les enseignements et entendre du métchif », écrit-elle à Radio-Canada.

Mme Lemoine va plus loin et souhaiterait voir le livre dans toutes les écoles.

Rêver à des enseignements

Dolorès Gosselin dit rêver aux histoires racontées par ses ancêtres. L'aînée métisse est très liée à eux et porte attention à ces récits.

Je me dis que ce sont mes ancêtres qui viennent me les raconter, affirme Mme Gosselin.

Mes ancêtres m'ont raconté comporte donc des enseignements traditionnels autochtones dédiés aux plus jeunes générations. Cette façon de faire est une tradition, rappelle l’autrice.

Il y a longtemps, c’était les aînés qui donnaient l’enseignement aux enfants, souligne Dolorès Gosselin. Ils donnaient l’enseignement en racontant une histoire. Dans chaque histoire, il y avait un enseignement.

Avec les informations de Samuel Rancourt

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !