•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin de l'ère Trump donne confiance à l'industrie de l'aluminium

L'aluminerie Alcoa de Baie-Comeau

L'aluminerie Alcoa de Baie-Comeau

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Radio-Canada

L'association de l'aluminium du Canada, qui regroupe Alouette et les alumineries d'Alcoa et de Rio Tinto voit d'un très bon œil l'arrivée prochaine de Joe Biden à la présidence des États-Unis.

Elle croit que la collaboration entre le Canada et les États-Unis, principal acheteur de l'aluminium canadien, sera bien meilleure que pendant les dernières années pendant lesquelles Donald Trump était au pouvoir.

Il est évident que quand on compare l'administration précédente à celle qui s'apprête à entrer en poste, on va passer d'une aire de confrontation à une aire de collaboration, indique le président et chef de la direction de l'association de l'aluminium du Canada, Jean Simard.

Ça ne veut pas dire que tout est réglé et que tout va être facile, ajoute-t-il toutefois.

M. Simard prédit en effet que le président élu Biden recevra énormément de pression pour mettre en place des mesures protectionnistes dans le but de faire sortir son pays de la crise économique engendrée par la pandémie de COVID-19.

Il mentionne aussi que l’incertitude économique engendrée par l’instabilité politique américaine risque de se faire sentir pour au moins le premier trimestre de 2021

Dans les premiers mois de la pandémie, la tonne d'aluminium a chuté à 1500 $ en raison d'une crise manufacturière. Elle se vend aujourd'hui autour de 2000 $ la tonne, une valeur similaire à celle d'avant la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !