•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’opposition réclame le retour de la dg du CSFP à Terre-Neuve-et-Labrador

Jim Dinn.

Le député, Jim Dinn, porte-parole en matière d'Éducation du NPD, réclame que le directrice générale du CSFP revienne à Terre-Neuve-et-Labrador.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Les partis d’opposition réclament que la directrice générale du Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) — qui n’a pas mis les pieds à Terre-Neuve-et-Labrador depuis mars dernier — revienne habiter dans la province.

Radio-Canada a rapporté lundi que Kim Christianson habite actuellement en Ontario, d'où elle dirige la commission scolaire à distance, malgré des demandes formelles du ministère de l’Éducation, qui l’implore de retourner au siège social du CSFP, à Saint-Jean.

Le député Jim Dinn, porte-parole en matière d’Éducation du Nouveau Parti démocratique, croit que la directrice générale, qui a reçu un salaire de 148 000 $ en 2019, doit être sur le terrain localement si elle veut assurer la gestion optimale des écoles francophones.

Je pense que si vous occupez ces fonctions, il faut que vous soyez ici. C’est aussi simple que ça.

Jim Dinn, porte-parole en matière d’Éducation, NPD

Le CSFP n’est pas énorme, mais il est très important pour les élèves francophones et à la communauté francophone, rappelle le député de Saint-Jean Centre.

Kim Christianson n’a pas accordé d'entrevue à Radio-Canada. Cependant, jeudi dernier, le président du conseil d’administration du CSFP, Brian Lee, a soutenu que sa directrice générale peut dans le contexte actuel, accomplir la totalité de ses tâches à partir de n’importe où et qu’elle est toujours très efficace.

Critiques à l'égard du ministre

Le député progressiste-conservateur, Tony Wakeham, lance aussi des critiques au ministre de l’Éducation, Tom Osborne. Le ministre avait indiqué la semaine dernière qu’il s'inquiète de la situation depuis septembre 2020, mais dit avoir les mains liées parce que le CSFP est un organisme indépendant.

Tony Wakeham dit que le ministre doit faire plus pour résoudre la situation.

C’est son ministère qui finance les activités du CSFP. Ultimement, pour ces postes, l’employée doit être sur place. D’un point de vue économique, personne à Terre-Neuve-et-Labrador ne bénéficie si la directrice générale habite en Ontario, estime M. Wakeham, député pour la circonscription de Stephenville-Port au Port.

Tony Wakeham.

Tony Wakeham, député progressiste-conservateur pour Stephenville-Port au Port

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Le néo-démocrate, Jim Dinn, croit aussi que le ministre n'en a pas assez fait.

Il faut qu’il y ait un message très clair au CSFP pour exiger que la directrice générale retourne dans a province, affirme M. Dinn. Dans ce cas, nous ne devrions plus demander et plutôt réclamer.

M. Wakeham et M. Dinn soutiennent que le ministère devrait mettre plus de pressions sur le conseil d’administration du CSFP, mais ils n’ont pas précisé comment procéder.

M. Dinn ajoute que la directrice générale est en position de leadership et doit montrer un bon exemple.

Au sein du CSFP, il y a plusieurs enseignants qui viennent de l’extérieur de la province et qui voudraient être avec leur famille, dit-il.

Une situation temporaire, dit le CSFP

Brian Lee affirme que la situation est temporaire et qu’aucune date n’a été fixée pour le retour de Kim Christianson à Terre-Neuve-et-Labrador.

Il dit aussi n’avoir, jusqu'à présent, reçu aucune plainte formelle des employés du CSFP.

Selon Brian Lee, Kim Christianson a déménagé en Ontario pour être plus près de sa famille.

Elle est directrice générale du CSFP depuis décembre 2016.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !