•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un demi-million d'habitants confinés à Pékin

Une équipe de désinfection à l'oeuvre dans un aéroport de Chine.

Les éclosions de COVID-19 sont rapidement traités par des mises en confinement des villes et villages dans les zones où des éclosions sont détectées.

Photo : Getty Images

Agence France-Presse

Les autorités chinoises ont ordonné lundi le confinement provisoire de 500 000 habitants de villages de la municipalité de Pékin, afin de prévenir toute propagation d'un petit foyer épidémique de COVID-19.

La capitale de la Chine s'étend sur un territoire grand comme la moitié de la Belgique. Elle compte au total quelque 21,5 millions d'habitants, répartis dans des zones urbaines et rurales.

La Chine a largement endigué l'épidémie de COVID-19 sur son sol depuis le printemps 2020. Régulièrement confrontée à l'émergence de foyers localisés, elle les traite notamment avec des confinements, des dépistages massifs et le suivi des déplacements.

Les autorités sont particulièrement vigilantes à l'approche des vacances du Nouvel An lunaire (11-17 février). C'est la principale fête de l'année, lors de laquelle des centaines de millions de Chinois prennent les transports pour rentrer dans leurs familles.

La municipalité de Pékin a fait état lundi d'un nouveau cas de COVID-19, pour un total de 32 malades confirmés depuis le 19 décembre, essentiellement dans l'arrondissement de Shunyi (nord-est de la capitale).

En réaction, l'ensemble des villages de Shunyi sont placés en gestion fermée, c'est-à-dire confinés, a annoncé lundi lors d'un point presse Zhi Xianwei, maire adjoint de l'arrondissement.

En clair, quelque 518 000 habitants ne pourront pas sortir des frontières de ces villages tant qu'un nouveau dépistage massif actuellement en cours ne sera pas terminé.

Les experts sanitaires chinois n'ont pas encore identifié la source de ce foyer épidémique. Il est toutefois bien plus modeste que celui de juin-juillet 2020 à Pékin, lors duquel plus de 300 malades du COVID-19 avaient été comptabilisés.

Mais les autorités entendent éviter toute infection supplémentaire à l'approche du Nouvel An lunaire, qui donne généralement lieu à la plus grande migration humaine du monde, avec des gares et des aéroports bondés pendant plusieurs jours voire plusieurs semaines.

La municipalité de Pékin a ainsi déjà annulé les grands événements festifs prévus lors des vacances et appelé les habitants à ne pas quitter la ville pour éviter toute propagation du coronavirus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !