•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des étudiants étrangers bien accompagnés pour la rentrée à l'UdeS

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Le campus de l'Université de Sherbrooke.

Le campus de l'Université de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Radio-Canada

Malgré la pandémie, l'Université de Sherbrooke accueille des dizaines d'étudiants étrangers pour la session d'hiver, qui commence lundi.

Pendant leur quarantaine obligatoire, ils sont jumelés à des mentors qui les aident à s'intégrer.

Le service d'accompagnement faisait parfois des courses pour eux ou l'achat de cartes prépayées pour faciliter les achats en ligne et tout, souligne le mentor Fredy Wassamba.

De façon virtuelle, ils essaient aussi d’aider ces étudiants à socialiser, même s’ils sont confinés à leur chambre pour 14 jours.

Nous essayons de prendre cette vie sociale et la transposer un peu de façon virtuelle. C'est difficile, mais on n'a pas le choix. C'est le meilleur qu'on puisse faire.

Fredy Wassamba, mentor

Les mentors ont d’ailleurs consacré une partie de leur temps des Fêtes à soutenir ces nouveaux étudiants afin qu’ils se lancent dans la session d’hiver avec plus d’aisance.

Les étudiants qui ont décidé de venir pour la session d'hiver, ce sont les plus motivés. Passer à travers tout ce processus-là. Même après leur quarantaine, on va être en plein confinement au Québec, affirme la mentore Charlotte Pelletier.

Le défi des études à distance… dans un pays étranger

Ces étudiants qui ont préféré venir dans la région plutôt que de continuer leurs cours à distance dans leur pays d'origine espèrent ainsi améliorer leur expérience universitaire.

C’est le cas du Français Jules Pouzot, qui peinait à suivre la cadence avec le décalage horaire.

C'était très compliqué à la session passée, car malheureusement, avec le décalage horaire, je ne pouvais pas travailler avec mes camarades. Vu qu'on avait pas mal de travail de groupe, c'était assez compliqué de mêler les deux en fait, décrit-il.

Même s’ils sont confinés, les étudiants qui ont atterri au Québec dans les dernières semaines gardent espoir pour cette session.

L’étudiante en droit Sophie Lhost, qui est arrivée le 31 décembre, est déjà très enthousiaste d’étudier à Sherbrooke, malgré les contraintes.

S'il faut juste faire une quarantaine, ce n’est pas cher payé pour l'expérience que ça va être, j'espère, conclut-elle.

D’après le reportage de Jean Arel

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !