•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Assouplissement des relations États-Unis–Taïwan : la Chine gronde

Des drapeaux des États-Unis et de la Chine flottent côte à côte dans un quartier de Pékin.

Selon un porte-parole de l'agence Xinhua, Mike Pompeo « est seulement intéressé à provoquer des affrontements et n'a aucun intérêt pour la paix mondiale ».

Photo : Getty Images / Lintao Zhang

Associated Press

L'agence de presse nationale chinoise Xinhua fustige l'assouplissement d'une mesure américaine contre Taïwan par l'administration du président sortant Donald Trump. Elle accuse le secrétaire d'État américain Mike Pompeo de vouloir infliger « une cicatrice profonde qui va nuire aux relations entre Pékin et Washington à long terme ».

Un porte-parole de l'agence a affirmé, dimanche, que la levée des restrictions permettant aux responsables américains d'avoir des contacts avec leurs vis-à-vis taïwanais prouve que le chef de la diplomatie américaine est seulement intéressé à provoquer des affrontements et qu'il n'a aucun intérêt pour la paix mondiale.

Un commentaire publié en ligne par la chaîne de télévision chinoise CGTN, diffusant des informations en anglais, a qualifié l'annonce de M. Pompeo d'acte lâche de sabotage de la part du gouvernement américain.

L'administration Trump, qui poursuit ses efforts pour mettre le feu aux poudres avant la fin de son mandat, a traversé une ligne rouge avec la Chine à quelques jours de l'entrée en fonction du président désigné Joe Biden.

L'agence de presse nationale chinoise Xinhua

Le gouvernement chinois n'a pas commenté, dans l'immédiat, la récente décision de Mike Pompeo permettant aux hauts fonctionnaires américains d'interagir avec leur vis-à-vis à Taïwan, après une interdiction qui visait à apaiser les tensions avec le régime communiste chinois.

C'est fini, a déclaré M. Pompeo dans un communiqué diffusé samedi. Aujourd'hui, j'annonce la levée de ces restrictions.

L'État insulaire de Taïwan est un sujet sensible pour le régime communiste de la Chine, qui considère cette île autonome gouvernée démocratiquement et comptant 23,6 millions d'habitants comme une province qui devrait rentrer dans son giron.

Les États-Unis ont reconnu Pékin plutôt que Taipei en ce qui concerne leurs relations diplomatiques dans la région, mais Washington a maintenu des liens non officiels avec une organisation américaine qui joue en quelque sorte le rôle d'ambassade dans la capitale taïwanaise et fournit de l'équipement militaire pour la défense de l'île.

Les leaders taïwanais ont bien accueilli l'annonce de M. Pompeo.

Nous exprimons notre gratitude aux États-Unis pour leur appui à Taïwan.

Su Tseng-chang, premier ministre de Taïwan

Nous espérons avoir des liens actifs dans l'avenir afin que Taïwan ait une plus grande place sur la scène internationale, a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !