•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CSQ demande à Québec de « mieux traiter le personnel du secteur public »

Sonia Ethier.

Sonia Ethier, présidente de la CSQ (archives)

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Il est temps pour le Québec de « bien traiter celles et ceux qui préparent l’avenir des élèves et des étudiants et qui prennent soin des personnes malades et souffrantes ». C’est en ces termes que Sonia Ethier, présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), interpelle le premier ministre François Legault.

En conférence de presse dimanche matin, Mme Ethier a indiqué que la pandémie avait mis en lumière l’état de désorganisation du réseau de la santé à la suite des coupes et des compressions des dernières années.

Elle dresse un tableau identique pour les réseaux de l’éducation et de l’enseignement supérieur, où elle fait état de mauvaises conditions de travail qui mettent en péril la capacité de l’État à garantir les services à la population.

Après la crise sanitaire, il y a une véritable crise des conditions de travail que le gouvernement ne pourra régler qu’en mettant fin à l’exploitation éhontée des travailleuses et travailleurs du secteur public.

Sonia Ethier, présidente de la CSQ

Ne pas exclure l'installation de purificateurs d'air dans les classes

Évoquant le malaise sur le terrain et les mandats de grève qui se multiplient, la présidente de la CSQ a également abordé les questions de la qualité de l’air et de la vaccination.

Sonia Ethier s’est aussi adressée au ministre de l'Éducation du Québec, Jean-François Roberge, qu’elle invite à ne pas écarter le recours à des purificateurs d’air dans les classes où les normes ne sont pas satisfaisantes.

Vendredi, le ministre Roberge annonçait que le groupe d’experts mandaté par le gouvernement pour établir un rapport scientifique sur la ventilation et les aérosols dans les écoles ne recommandait pas d’équiper les classes d'appareils de ventilation et de purification d’air.

Je pense qu’il saute un peu trop vite aux conclusions et qu’il met en doute trop facilement le bon jugement du personnel pour ce qui est de choisir le meilleur emplacement de ces purificateurs.

Sonia Ethier, présidente de la CSQ

Les arguments avancés sur l’utilisation des purificateurs d’air sont loin de convaincre Mme Ethier. « C'était cousu avec du gros fil blanc. »

On nous a mentionné que le bruit pouvait déconcentrer les élèves. Qu’en est-il d’une porte toujours ouverte?

Sonia Ethier, présidente de la CSQ

Pour ce qui est de la vaccination contre la COVID-19 du personnel du réseau scolaire et du réseau de l’enseignement supérieur, Mme Ethier salue la décision d’inclure les enseignantes et les enseignants, ainsi que les éducatrices des services à la petite enfance, parmi les groupes prioritaires pour la vaccination.

La leader syndicale estime toutefois qu’il est nécessaire d’y inclure également le personnel de soutien, ainsi que le personnel professionnel.

Les négociations font du surplace

Mme Ethier met en garde le gouvernement contre les négociations qui n’avancent pas. La patience de nos membres a atteint sa limite.

Ils [les employés du secteur public] sont en colère, et ils le démontrent par des votes de grève qui ont débuté en décembre.

Sonia Ethier, présidente de la CSQ

Le gouvernement a du chemin à faire, a insisté la présidente de la CSQ, rappelant que les syndicats avaient revu à la baisse leurs demandes salariales compte tenu de la situation économique précaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !