•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un antiviral pour chats pourrait être efficace avec les personnes atteintes de la COVID-19

Un vétérinaire portant des gants chirurgicaux ausculte un chat.

Ce traitement a été conçu pour soigner la péritonite infectieuse féline, une maladie rare, mais bien souvent mortelle (archives).

Photo : getty images/istockphoto / Dina Damotseva

Radio-Canada

Des chercheurs de l’Université de l’Alberta travaillent à adapter un médicament antiviral utilisé pour les chats afin qu’il puisse servir aux patients souffrant de la COVID-19. 

Ilan Schwartz, spécialiste des maladies infectieuses, explique que les chats peuvent eux aussi être infectés par les coronavirus. Ces derniers peuvent même provoquer chez ces animaux une maladie rare, mais bien souvent mortelle : la péritonite infectieuse féline.

Des recherches ont été menées afin de développer des traitements antiviraux qui permettraient de la soigner.

L’un d'eux présente des résultats prometteurs pour traiter les humains également, annonce le Dr Schwartz.

C’est un des médicaments que nous avons testés en laboratoire contre le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine de la COVID-19, et nous avons trouvé qu’il était tout aussi efficace, explique le scientifique.

L’équipe de l'Université de l’Alberta travaille désormais à adapter le traitement. L’un des défis est évidemment que les chats sont très différents des humains par la taille de leur corps et par leur forme, dit Ilan Schwartz.

Le médicament a été développé pour être administré facilement aux chats et il s’injecte par voie sous-cutanée. Le corps d’un chat ne peut en recevoir qu'un petit volume, poursuit-il. Les gens sont bien plus grands et un volume plus important sera donc nécessaire.

D’après le Dr Schwartz, il faudra revoir la composition du traitement ou la façon de l’injecter.

Le chercheur est malgré tout optimiste. Nous sommes convaincus que nous allons être capables de lancer des essais cliniques de phase 1, où nous verrons si c'est sécuritaire pour les gens, avance-t-il.

D'après les informations d'Elissa Carpenter

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !