•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du couvre-feu : le SPVG remet 25 constats en lien avec les mesures sanitaires

L'écusson du Service de police de la Ville de Gatineau sur l'uniforme d'un policier.

Une nuit occupée pour le Service de police de la Ville de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a dû intervenir à de nombreuses reprises dans la nuit de samedi à dimanche afin de faire respecter les consignes en vigueur du gouvernement du Québec pour limiter la propagation de la COVID-19.

Un total de 411 vérifications ont été effectuées auprès de citoyens qui se trouvaient à l'extérieur de leur domicile après 20 h, résultant en 21 constats d'infraction remis pour ne pas avoir respecté le couvre-feu imposé par Québec.

Par ailleurs, quatre personnes ont reçu un constat d'infraction pour avoir participé à un rassemblement illégal, alors que 19 autres ont reçu un avertissement des policiers.

On demande à nos policiers d'intervenir et quand les gens ne se conforment pas à ce qui est prévu dans le décret ministériel, à ce moment-là, on applique la loi, prévient le lieutenant du SPVG Jean-François Beauchamp.

Je crois que le message transmis par les autorités est assez clair. Notre mission, c'est d'appliquer la loi concernant le couvre-feu.

Une citation de :Jean-François Beauchamp, lieutenant du SPVG

Les amendes décernées pour non-respect du couvre-feu dans la nuit de samedi à dimanche étaient de 1550 $. Le gouvernement caquiste avait prévenu les Québécois qu'elles pourraient se situer entre 1000 et 6000 $ pour les contrevenants.

Rappelons que le gouvernement a prévu des exceptions pour permettre certains types de déplacements et de sorties entre 20 h et 5 h, notamment pour les travailleurs essentiels ou encore ceux qui se déplacent à des fins humanitaires.

Le SPVG confirme que des effectifs supplémentaires ont été déployés samedi soir lors de l'entrée en vigueur de la nouvelle consigne.

Un couvre-feu nécessaire, selon des citoyens

Ils étaient plusieurs à profiter des installations sportives extérieures avant le début du couvre-feu. Même si rentrer plus tôt à la maison tous les soirs pendant quatre semaines ne sera pas facile, bon nombre de résidents de Gatineau croient qu’il s’agit d’une mesure nécessaire.

C’est sûr que c’est plate, mais ça reste que tous les commerces, tous les bars et tous les restos sont fermés donc on ne sort pas quand même, soutient Jessica Schultz.

Certains espèrent même que les prochaines semaines leur permettront de reprendre leurs activités habituelles dans les prochains mois. C’est dommage, mais il faut faire ce qu’il faut pour rester en sécurité et si ça veut dire qu’une fois l’été venu, on peut aller sur les terrasses et avoir une vie sociale, je le fais, lance Pat Bones.

Je pense que c’est un peu extrême, mais je pense qu’il faut que ça arrive pour baisser les cas de COVID-19, ajoute Seth Williams.

Des résidents d’Ottawa en visite à Gatineau estiment eux aussi que chacun doit faire son effort à la lutte à la COVID-19. Il faut faire notre part pour rester en sécurité et pour en terminer avec ça, souligne Marko Maksimovic.

D’autres sont même d’avis qu’Ottawa devrait aussi imposer un couvre-feu. Ottawa ne prend pas de mesures aussi extrêmes. J’imagine que c’est bien pour réduire les cas, dit-elle.

Avec les informations de Nafi Alibert et Frédéric Pépin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !