•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Routes désertes, commerces fermés, l'Estrie vit sa première nuit de couvre-feu

La côte de la rue King Ouest est déserte.

Dans Sherbrooke, le calme s'est installé en même temps que l'entrée en vigueur du couvre-feu.

Photo : Radio-Canada / Laurent Ulrich

Dès 20 h, les Estriens avaient regagné leur foyer afin de se conformer à l'ordonnance de Québec qui impose maintenant un couvre-feu pour lutter contre la COVID-19.

De 20 h à 5 h, seuls certains déplacements essentiels sont autorisés.

Aucune circulation sur le boulevard Bourque.

À l'intersection du boulevard Bourque et de l'Autoroute 410, aucune voiture à l'horizon.

Photo : Radio-Canada / Laurent Ulrich

Sur les grandes artères de Sherbrooke et de Magog, notamment, les passants et les automobilistes sont progressivement disparus du paysage. Les villes et les villages de la région se sont endormis tôt lors de cette première nuit de couvre-feu.

La rue principale désertée à Magog.

Même si ses lumières festives demeurent allumées, la rue Principale de Magog s'est endormie dès 20 h, samedi.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Sur les routes, seuls les véhicules de polices demeurent omniprésents pour faire respecter cette nouvelle mesure.


Un policier remplit une contravention.

Les policiers ont remis des constats d'infraction à des citoyens qui ont refusé de respecter le couvre-feu à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Laurent Ulrich

À Sherbrooke, le SPS a rapidement dû intervenir auprès d'une quinzaine de manifestants qui avaient choisi d'enfreindre les mesures sanitaires. Les récalcitrants se sont rassemblés au lac des Nations avant de marcher sur la rue King Ouest où des policiers leur ont remis des contraventions.

Le directeur du SPS, Danny McConnell semblait déçu du comportement de ces contrevenants. Il rappelle que les policiers ont été conciliants au cours des derniers mois et il déplore avoir dû sévir samedi soir.

J'ai de la misère à comprendre qu'ils puissent pas savoir que ce soir, ça se passerait comme ça.

Danny McConnell, directeur du SPS
Les policiers maîtrisent un individu sur le véhicule de patrouille.

Des policiers ont procédé à l'arrestation plus musclée d'une personne qui refusait d'obtempérer.

Photo : Radio-Canada

On espère que ça ne se reproduira pas, on ne voudrait pas que tous les soirs ils fassent une manifestation comme ça. On demande leur collaboration, ajoute le directeur du SPS Danny McConnell. Il affirme que les policiers se devront d'intervenir si les manifestants récidivent au cours des prochaines soirées.


En dépit de cet incident isolé, la consigne semble bien respectée par les citoyens. Certains travailleurs essentiels demeurent, néanmoins, fidèles au poste.

Une épicerie Métro est fermée.

Dès 19h30, les épiceries ont fermé leurs portes dans la région.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

Si les épiceries ont fermé leurs portes dès 19 h 30, afin de laisser le temps à leurs employés de rentrer à domicile, certaines pharmacies, elles, restent ouvertes pour servir les clients qui ont un besoin urgent de médicaments.

Il n'y a pas eu un chat depuis 8 h, c'est vraiment spécial.

commis d'une station service du secteur St-Elie
Une station-service demeurée ouverte.

Malgré le couvre-feu, certains commerces, dont les stations-services, peuvent demeurer ouverts.

Photo : Radio-Canada / Katy Larouche

À la station-service bordant la sortie 115 de l'Autoroute 10 à Magog, les pompes à essence et les comptoirs des chaînes de restauration rapide ont été désertés. Malgré la porte verrouillée, il reste possible de faire le plein, puisque ce service est jugé essentiel par Québec.

L'employé sur place s'attend à une nuit des plus calme dans ce commerce habituellement fréquenté de jour comme de nuit.

Avec les informations de Pierrick Pichette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !