•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Après Google, Apple retire l’application Parler de sa boutique d'applications

Un téléphone affichant l'application Parler.

Lancé en 2018, Parler se présente comme « un réseau social impartial et libre d'expression, axé sur la protection des droits des utilisateurs ».

Photo : Getty Images / Hollie Adams

Radio-Canada

À la suite de la prise d’assaut du Capitole à Washington, Apple retire l’application Parler de sa plateforme après lui avoir donné 24 heures pour lui soumettre un plan de modération.

Certains utilisateurs s’en seraient servis pour coordonner les émeutes à l’intérieur du Capitole, mercredi, dénonce Apple.

Les processus que Parler a mis en place pour modérer ou empêcher la diffusion de contenus dangereux et illégaux se sont révélés insuffisants, a déclaré Apple. Plus précisément, nous avons continué à trouver des menaces directes de violence et des appels à l'incitation à des actions illégales en violation de la directive 1.1 - Sécurité - Contenus répréhensibles.

La marque à la pomme se range ainsi derrière Google qui a annoncé vendredi la suspension de l'application Parler de sa plateforme de téléchargement, citant comme raison des publications incitant à la violence.

Le fondateur de Parler, John Matze, qui se décrit comme un libertarien, l’a fondée en 2018 comme un espace d’échanges différent des plateformes grand public, tourné vers la liberté d'expression, mais elle a fini par courtiser les utilisateurs proches de l'extrême droite.

Nous avons toujours soutenu la représentation de divers points de vue sur l'App Store, mais il n'y a pas de place sur notre plateforme pour les menaces de violence et les activités illégales, a justifié Apple.

Le directeur général de Parler, John Matze, avait écrit à l’agence Reuters que la coordination d'émeutes, de violences et de rébellions n'a pas sa place sur les réseaux sociaux.

Avec les informations de Reuters, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !