•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque n’est plus obligatoire dans les avions pour les enfants de moins de 6 ans

Un enfant pleure dans les bras de sa mère.

Les enfants âgés de 2 à 5 ans ne sont plus obligés de porter un couvre-visage en avion s'ils ne le supportent pas.

Photo : iStock / Juanmonino

Radio-Canada

Transport Canada a revu sa politique concernant le port du masque pour les enfants à bord d’un avion. Il est désormais obligatoire à partir de 6 ans, et non plus de 2 ans. 

Le port du masque ne s’applique toujours pas aux enfants de moins de 2 ans.

En revanche, les enfants âgés de 2 à 5 ans doivent en porter un, sauf s’ils ne peuvent pas le tolérer, peut-on lire dans l’arrêté du ministère. 

Pour pouvoir monter à bord d’un avion, l’adulte qui accompagne un enfant âgé de 2 à 5 ans doit donc avoir un masque pour ce dernier, qu’il accepte de le porter ou non. 

Transport Canada précise que ce changement est intervenu le 10 novembre et qu’il fait suite à de nouvelles consignes de l’Agence de la santé publique du Canada publiées. Cette dernière suit elle-même les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’OMS conseille - depuis août - de ne pas demander aux enfants de moins de 6 ans de porter un masque, en prenant en compte notamment l'intérêt de l’enfant et sa capacité à porter correctement un masque avec un minimum d’aide, peut-on lire sur le site internet de l’organisation. 

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le port du masque pour les enfants à partir de 2 ans avait été mis en place en avril par Transport Canada. 

Plusieurs incidents à ce sujet avaient été rapportés. Un vol entre Calgary et Toronto notamment avait été annulé en raison d’une dispute survenue entre les agents de bord et une famille sur le port obligatoire du masque pour les enfants.

Le père de cette famille, Safwan Choudhry, se dit satisfait que Transport Canada ait revu sa politique, car cela devrait éviter que d’autres familles ne vivent ce que la sienne a vécu. C’était vraiment atroce, cauchemardesque, se souvient-il.

D'après les informations de Sophia Harris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !