•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élus de l'Atlantique ont préféré ne pas se rendre à l'étranger

Une petite bouteille de désinfectant pour les mains est installée devant un palmier et une piscine.

Les politiciens des provinces de l'Atlantique semblent avoir respecté les directives au sujet des déplacements à l'extérieur du pays.

Photo : Radio-Canada / Courtoisie/Dirk Waanderberg

La Presse canadienne

Les politiciens des provinces de l'Atlantique semblent avoir respecté les directives de la santé publique au sujet des déplacements à l'extérieur du pays, selon un tour d'horizon de La Presse Canadienne auprès des partis politiques de la région, tant fédéraux que provinciaux.

Si la population de nombreuses provinces canadiennes s'est indignée des politiciens qui ont voyagé à l'étranger, celle de l'Atlantique s'interrogeait sur le cas d'un ministre du Nouveau-Brunswick qui s'est rendu... dans la Nouvelle-Écosse voisine.

Pas la Floride, Hawaii, le Mexique ou Cuba... La Nouvelle Écosse.

Et les progressistes-conservateurs néo-brunswickois ont tenu à dire que le ministre des Ressources naturelles, Mike Holland, s'était rendu dans la Nouvelle-Écosse rurale pour visiter sa conjointe.

Ils ont dit que M. Holland avait finalement suivi toutes les directives liées à la pandémie de COVID-19, notamment en se plaçant en quarantaine pendant 14 jours à son retour au Nouveau-Brunswick. Le ministre n'a pas été sanctionné, même si les déplacements voyages non essentiels restent mal vus.

Mike Holland devant des drapeaux du Canada et du Nouveau-Brunswick.

Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et du Développement de l'énergie du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

La faute mineure de M. Holland en dit long sur la réponse du Canada atlantique à la pandémie.

Ce n'est pas un hasard si le Canada atlantique a enregistré les taux d'infection les plus bas du pays depuis le début de la pandémie, constate David Johnson, un professeur de sciences politiques à l'Université du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

Nous sommes vraiment fiers d'avoir réussi à réaliser quelque chose que la plupart des pays du monde n'ont pas réussi, dit-il.

Selon lui, un élu qui aurait fait fi des directives aurait couru le risque d'être rejeté par ses voisins. Beaucoup de gens les connaissent. Et si un élu est absent, les gens commencent à parler.

Howard Ramos, un professeur de sociologie à l'Université Western de London, en Ontario, dit que les élus sont moins éloignés des citoyens dans les petites collectivités des provinces de l'Atlantique.

Dans l'Atlantique, il est difficile de se cacher très longtemps, lance-t-il.

En conséquence, la pression est plus grande pour se conformer aux normes sociales. La honte sociale et la pression sociale sont plus élevées au Canada atlantique, souligne M. Ramos. Les coûts sociaux du non-respect des règles sont plus élevés.

Et cela explique en partie pourquoi le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, a adopté une ligne ferme au printemps dernier en imposant des règles strictes de confinement.

Nous n'avons pas besoin de graphiques en ligne pour nous dire ce que nous devons faire, a-t-il lancé lors d'une conférence de presse en avril.

Stephen McNeil

Le premier ministre Stephen McNeil a annoncé vendredi de nouvelles restrictions à la frontière pour limiter la propagation de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Tout le monde a compris le message, qui est immédiatement devenu viral.

Pendant ce temps, le chef progressiste-conservateur de la Nouvelle-Écosse, Tim Houston, n'a laissé planer aucun doute à ce sujet.

Pendant une grande partie de l'année, on a demandé aux Canadiens, semaine après semaine, de faire des sacrifices pour arrêter la COVID-19 , a-t-il déclaré.

Quand les mêmes personnes qui vous disent de faire des sacrifices ne veulent pas les faire elles-mêmes, les Canadiens ont le droit d'être fâchés. Je le suis moi-même.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !