•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants devraient-ils recevoir le vaccin en priorité?

Un groupe de jeunes élèves et leur institutrice portent un masque de protection dans une classe d’école.

Selon les estimations des autorités de la santé, les enseignants devraient recevoir le vaccin vers la fin du printemps. (archives)

Photo : iStock

La Fédération des enseignants de la Saskatchewan (STF) croit que les enseignants de la province devraient être considérés comme des travailleurs de première ligne et donc être parmi les premiers à recevoir le vaccin contre la COVID-19.

[Les autorités provinciales] ont relâché certaines des mesures de distanciation physique dans nos classes, mesures que le reste de la population doit toujours suivre, s’insurge le président de la Fédération, Patrick Maze. Plusieurs de ces classes ont 30 élèves ou même plus!

Ce dernier reconnaît que certains groupes, tels que les résidents des centres de soins de longue durée, doivent être prioritaires à la vaccination.

Malgré tout, il considère que les enseignants devraient recevoir le vaccin relativement tôt dans la campagne d’immunisation provinciale.

En tant que travailleurs de première ligne, nous nous attendons à ce que les autorités reconnaissent l’importance d’avoir des professeurs en santé afin qu’ils puissent poursuivre leur travail, ajoute Patrick Maze.

Jusqu’à présent, les seuls groupes considérés comme prioritaires à la vaccination par le gouvernement sont les travailleurs de première ligne du domaine de la santé, les résidents et le personnel des centres de soins de longue durée, les aînés âgés de 80 ans et plus ainsi que les résidents du nord de la province ayant plus de 50 ans.

Le ministre de la Santé, Paul Merriman, a affirmé mercredi que ses équipes regarderont quels autres groupes de la société seront priorisés une fois que l’on aura entamé la seconde phase du plan de vaccination.

« Nous avons reçu de nombreuses demandes de différents milieux afin que nous les considérions comme prioritaires pour la prochaine étape. Pour cela, nous nous baserons sur la science. »

— Une citation de  Paul Merriman, ministre de la Santé de la Saskatchewan

Du côté de l’opposition, la porte-parole néo-démocrate en matière d’éducation, Carla Beck, partage l’opinion de la STF.

Elle juge qu’il s’agit là d’un enjeu économique puisque les parents ont besoin de travailler et qu’il n’est pas seulement question de l’éducation des élèves, mais aussi de leur santé mentale.

« Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour garder les étudiants à l’école, mais nous devons le faire d’une manière sécuritaire. »

— Une citation de  Carla Beck, porte-parole en matière d'éducation pour le NPD

Depuis le début de la pandémie, on rapporte 3670 cas parmi les jeunes de 19 ans et moins.

Chaque chose en son temps

La deuxième phase du plan provincial de vaccination est prévue de débuter au mois d’avril.

Le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Dr Saqib Shahab, affirme que le comité chargé de la vaccination est présentement en train de regarder les divers groupes d’âge ainsi que les conditions médicales les plus communes parmi les personnes décédées du virus dans la province.

Il réitère toutefois que le nombre de doses reçues jusqu’à maintenant par la Saskatchewan ne permet de vacciner que les groupes prioritaires déjà identifiés.

Selon les estimations, les groupes d'emplois tels que les enseignants ne recevront le vaccin qu’à la fin du mois de mai ou au début juin.

Les enfants d’âge scolaire devraient, quant à eux, attendre en juillet ou en août pour recevoir leur première dose.

Avec les informations de Guy Quenneville, de Charles Le Bourgeois et de Mercia Mooseely

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !