•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Ontario vaccinera les personnes enceintes et allaitantes contre la COVID-19

Une femme enceinte tient son ventre.

Le vaccin contre la COVID-19 était jusqu'à maintenant contre-indiqué pour les femmes enceintes. (Photo d'archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

L’Ontario permettra aux personnes enceintes et allaitantes de recevoir le vaccin contre le coronavirus « après un counselling et un consentement éclairé », selon de nouvelles recommandations du ministère de la Santé, obtenues par CBC News.

Dans la note du ministère, datant du 7 janvier, on peut y lire aussi que les vaccins autorisés au Canada, tous les deux à ARN messager, ne devraient pas poser de risque aux nourrissons allaités au sein et devraient être offerts aux personnes allaitantes.

La province avait recommandé jusqu’ici de ne pas vacciner ces individus parce qu’aucune personne enceinte n’avait participé aux essais cliniques des vaccins.

Or, mardi, la Société ontarienne d'obstétrique et de gynécologie et l’Association médicale de l’Ontario ont exhorté la province de donner un accès équitable aux vaccins contre la COVID-19 aux personnes enceintes ou allaitantes à risque.

La Dre Constance Nasello, présidente de la Société ontarienne d'obstétrique et de gynécologie, soutient que les mères enceintes ou allaitantes ne devraient pas non plus devoir obtenir une permission de leur médecin, ce qui ralentirait l’obtention du vaccin.

Ceci démontre une culture patriarcale qui persiste dans le domaine de la médecine et qui va à l’encontre de nos principes fondamentaux : l’autonomie, affirme la présidente.

Une seringue est remplie avec le vaccin contre la COVID-19.

Les vaccins contre la COVID-19 autorisés par Santé Canada ne devraient pas poser de risque aux nourrissons allaités au sein, selon une note du ministère de la Santé de l'Ontario.

Photo : Getty Images / PASCAL GUYOT

Plusieurs experts affirment que les risques d’une infection au coronavirus sont plus importants que les risques potentiels associés au vaccin.

Une analyse des hospitalisations en Alberta, en Colombie-Britannique et en Ontario, menée par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, démontre que les femmes enceintes contaminées à la COVID-19 sont à plus haut risque d’être hospitalisées.

Parmi les 350 Canadiennes enceintes hospitalisées entre mars et septembre 2020, 11 % ont été admises à l’hôpital en raison de la COVID-19. Cette proportion est sept fois plus élevée que pour les autres femmes en âge de procréer, selon l’étude.

Une nouvelle approche

Le ministère ontarien de la Santé a répondu à Radio-Canada que ses recommandations s'alignent à celles du Comité consultatif national de l'immunisation.

Après un examen approfondi, les femmes enceintes ou allaitantes ne seront plus exclues de la campagne de vaccination. Elles pourront faire un choix éclairé après avoir consulté leur médecin concernant les risques et les bénéfices, affirme un porte-parole du ministère.

Comme toujours, nous surveillons les preuves scientifiques qui émergent des essais cliniques et des approbations de Santé Canada, ajoute-t-il.

Avec les informations de Lauren Pelley de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !