•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai besoin de chacun d’entre vous », dit Legault à propos du couvre-feu

François Legault en point de presse.

François Legault demande la coopération de tous les Québécois au cours du mois à venir pour éviter tous rassemblements.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

À quelques heures de l'entrée en vigueur du couvre-feu annoncé mercredi par Québec, le premier ministre François Legault s'adresse « à l’ensemble de la nation québécoise » pour expliquer les raisons de sa décision et « l’implorer de faire ce dernier effort ».

Pour tenter d'endiguer la propagation de la COVID-19, le gouvernement a fait savoir qu’à partir de ce soir, et ce, jusqu'au 8 février inclus, il sera interdit à tous les citoyens du Québec, sauf exception, de circuler dans les rues ou de se trouver à l'extérieur des limites de leur propriété entre 20 h et 5 h.

Dans un message publié samedi matin sur son compte Facebook, François Legault insiste : cette demande vise à protéger les Québécois, ce qu’il juge comme son premier devoir.

La principale raison d’un couvre-feu, c’est d’empêcher les rassemblements, même les plus minimes. C’est l’addition de toutes les petites entorses aux règles qui nourrit le virus.

François Legault, premier ministre du Québec

Le premier ministre rappelle que des dizaines de personnes meurent tous les jours de la maladie et que les hospitalisations ne cessent d’augmenter, entraînant le report d’examens, de traitements et d’opérations importantes dans les centres hospitaliers.

Je considère que la situation est critique et qu’il faut un traitement-choc. [...] On approche d’un point de bascule où on ne pourra plus soigner que les cas les plus urgents.

François Legault, premier ministre du Québec

Il demande cependant aux citoyens de ne pas se décourager, puisque les opérations de vaccination vont de l’avant, même si leur effet ne se fera pas sentir avant plusieurs semaines.

Notre bataille s'achève et, comme dans un long marathon, ce sont les derniers kilomètres qui sont les plus durs. Je vous implore de faire ce dernier effort, demande-t-il encore.

Des amendes et des exceptions

Même si aucun barrage routier ne sera installé, la police pourra intercepter à sa discrétion quiconque se trouvera à l'extérieur pendant les heures du couvre-feu.

Et on doit s'attendre à ce qu'ils le fassent, si l'on se fie aux propos de Robert Pigeon, président de l’Association des directeurs de police du Québec, tenus sur les ondes de RDI.

Quand on est dans un contexte où il y a 40, 50, 60 morts par jour, je pense qu'on est à une étape où on doit faire la démonstration de la présence policière et de l’application du décret.

Robert Pigeon, président de l’Association des directeurs de police du Québec

Également en entrevue à RDI Matin, le directeur général de l’Association, Didier Deramond, surenchérit.

Sur les routes du Québec, vous allez voir des policiers en quantité suffisante. On va s’assurer d’avoir une présence très visible sur la route dès 20 h, et même, dans certains quartiers, avec l’utilisation des gyrophares, mentionne-t-il.

M. Deramond avertit que les fautifs ne doivent pas s’attendre à recevoir un simple avertissement, même dans les premiers jours du couvre-feu. Les policiers vont utiliser leur jugement et leur discernement, mais je pense que la sensibilisation, c’est fini, lance-t-il.

Les contrevenants s'exposent à des amendes allant de 1000 $ à 6000 $, plus les frais, selon la gravité de l'infraction. L'État n'a cependant pas précisé les facteurs déterminant le montant imposé dans ces circonstances.

La rue Sainte-Catherine est déserte, tôt le matin, et est bordée de lumière bleue.

Pendant le couvre-feu, tous les commerces devront être fermés à compter de 19 h 30.

Photo : Radio-Canada / Conrad Fournier

À partir de ce soir, tous les commerces devront donc être fermés à compter de 19 h 30, y compris les épiceries.

Seuls les restaurants qui offrent un service de livraison, les pharmacies et les stations-service pourront continuer d’opérer en fin de soirée.

Plusieurs types de déplacements ou de sorties jugées nécessaires ou humanitaires seront cependant autorisés, entre autres pour le travail.

Les déplacements permis pendant le couvre-feu :

  • ceux à destination ou en provenance du lieu de travail ou de l’exercice d’une activité professionnelle, ainsi que les déplacements professionnels ne pouvant être différés;
  • ceux à destination ou en provenance d’établissements d'enseignement ou de formation pour adultes;
  • ceux servant au transport des biens et ceux assurant le transport de marchandises en transit au Québec;
  • ceux nécessaires aux gens pour obtenir des soins ou des services requis par leur état de santé, ou pour fournir de tels soins ou de tels services à une personne qui les requiert;
  • ceux nécessaires à des fins humanitaires;
  • ceux nécessaires pour se conformer à une ordonnance contenue dans un jugement rendu par un tribunal, ou pour permettre l’exercice des droits de garde ou d’accès parentaux contenus dans une entente;
  • ceux nécessaires pour répondre à une convocation judiciaire ou administrative;
  • ceux liés à des transferts ou transits vers (ou depuis) des gares ou aéroports à l'occasion de déplacements de longue distance;
  • ceux nécessaires pour se procurer des biens essentiels ne pouvant être différés;
  • ceux effectués dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile pour les besoins des animaux de compagnie.

Le gouvernement incite les employeurs à délivrer des lettres justificatives aux employés qui doivent travailler et circuler pendant les heures de couvre-feu. Un formulaire d'attestation de déplacements durant le couvre-feu (Nouvelle fenêtre) est d'ailleurs disponible sur le site du gouvernement pour simplifier la tâche des employeurs.

Il sera aussi possible de présenter une facture ou une preuve d'achat, par exemple, s'il est nécessaire de récupérer des biens après 20 h. Il sera également possible d'offrir des explications verbales aux policiers qui devraient faire preuve de discernement.

Ce sera à la police de déterminer la validité d'une exemption présentée par une personne interpellée pendant le couvre-feu, prévient le gouvernement.

Un message à la télé, à la radio et sur les téléphones portables sera envoyé vers 18 h 30 avec Québec En Alerte pour aviser les citoyens de l'entrée en vigueur imminente du couvre-feu. À noter que les habitants du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James sont exemptés de ce couvre-feu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !