•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les transferts de patients en forte hausse en Ontario

Un ambulance quitte un hôpital de Toronto.

Les cas de plus en plus nombreux de COVID force au transfert de dizaines de patients infectés au virus.

Photo : Radio-Canada / Michael Wilson

Au moment où la province enregistre chaque jour plusieurs milliers de nouvelles contaminations, de plus en plus d'hôpitaux doivent transférer des patients vers d’autres hôpitaux faute de places et de personnel suffisants.

Malgré ces transferts, les hôpitaux des grands centres urbains, ceux habituellement les plus sollicités, ne sont pas prêts de connaître du répit, selon Jérôme Leis, chef de la prévention et du contrôle des infections à l'hôpital Sunnybrook de Toronto.

Chaque jour à travers le système de santé, il y a très peu de capacité, même après avoir annulé ou reporté certaines procédures pour essayer de créer de l’espace, explique-t-il.

Je pense que dans de nombreuses régions de l’Ontario, les hôpitaux entreront probablement en zone orange dans les semaines à venir

Anthony Dale, président de l’Association des hôpitaux de l’Ontario sur Twitter.

Depuis le 31 décembre dernier, on observe en Ontario une croissance globalement stable des nouvelles infections, avec une moyenne de près de 3300 cas quotidiens.

Jérôme Leis répondant à une entrevue

Le Dr Jérôme Leis est désormais installé avec sa famille à Toronto. Il parle toutefois toujours le français à la maison, conscient de l'importance des deux langues officielles du pays

Photo : Radio-Canada

Une situation qui fait dire au président de l’Association des hôpitaux de l'Ontario, Anthony Dale, que les hôpitaux ne sont pas au bout de leur peine. Le code orange, habituellement activé en cas de désastres causant une arrivée massive de patients, pourrait bientôt entrer en vigueur dans les hôpitaux de certaines régions de l’Ontario, selon lui.

L'hôpital régional de Windsor submergé

La moyenne de plus en plus importante de cas quotidiens a un impact concret dans des établissements de santé tels que l'hôpital régional de Windsor.

Nous apprécions l’aide de ces formidables collègues du secteur hospitalier pour leur coopération. Ils nous aident à continuer à fournir des soins sûrs et de qualité

Dr David Musyj, directeur de l'hôpital régional de Windsor.

Dans un communiqué diffusé jeudi, l’établissement remercie tous les hôpitaux qui ont accepté d’accueillir plusieurs dizaines de ses patients.

Selon M. Musyj, les principaux partis politiques provinciaux sont tous en faveur de la construction d’un méga-hôpital pour Windsor.

Le Dr David Musyj, directeur général de l'hôpital régional de Windsor, a été obligé d'organiser le transfert de patients vers d'autres hôpitaux.

Photo : CBC/Alex Brockman

Plus de 50 patients ont été transférés chez nos amis de l'Hôtel-Dieu Grâce [de Windsor], qui a récemment libéré deux de ses propres unités pour créer plus d’espace afin de recevoir des transferts de l'Hôpital Régional de Windsor, explique le communiqué.

Celui-ci précise que les patients transférés, qui sont essentiellement des personnes âgées, ont achevé leur traitement à l'hôpital régional de Windsor. Seulement, elles ont besoin d’accommodement à long terme avant de pouvoir retourner en sécurité dans des foyers de soins de longue durée en proie en ce moment à des éclosions.

Les besoins sont tels que les transferts ne s’opèrent pas seulement en direction des hôpitaux appartenant à la même ville ou à la même région.

Plus tôt dans la semaine, l'hôpital régional de Windsor indiquait avoir dû transférer des patients vers des hôpitaux de Chatham-Kent et de Sarnia.

Ce même hôpital envisage d’envoyer des patients vers le réseau hospitalier London Health Sciences, situé à plus de deux heures de route de l'hôpital régional de Windsor.

Les hôpitaux sollicités désormais débordés

Le transfert de patients n’est pas sans conséquence pour les hôpitaux qui accueillent. L'hôpital Bluewater Health de Sarnia fait partie de ceux qui ont accepté des patients venant de Windsor.

Notre unité des soins intensifs est pleine et 50 % de ces patients nous viennent de l’extérieur de notre région.

Julia Oosterman, coordonnatrice des communications et des affaires publiques à l'hôpital Bluewater Health

Conséquence de ces mouvements, Bluewater Health est désormais elle-même au maximum de sa capacité, a expliqué la porte-parole de l'hôpital.

Des patients nous arrivent de Windsor tous les jours. De plus en plus. Je ne peux pas donner de chiffre exact vu que la situation évolue d’heure en heure. Nous avons dû modifier nos opérations en raison de cela, explique-t-elle.

Plus de situations similaires à prévoir

Le PDG de Santé Ontario, Matthew Anderson, demandait aux hôpitaux de la province de se préparer au déplacement de dizaines, voire même de centaines de malades, dans une note qui leur a été envoyée jeudi, obtenue par CBC.

Selon M. Anderson, les hôpitaux doivent être solidaires les uns les autres et offrir un niveau de service jamais atteint. Tous les hôpitaux doivent être prêts à accepter des transferts de patients lorsque cela est demandé par la structure régionale de lutte contre la COVID, précise-t-il.

Les hôpitaux qui ont encore des places disponibles dans leur unité de soins intensifs doivent réserver un tiers de ces places pour recevoir des transferts provenant d'hôpitaux qui sont à pleine capacité.

M. Anderson précise que les hôpitaux devront aussi accueillir des patients qui viennent de leur région que ceux qui viennent d’autres régions de la province.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !