•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le 12 janvier 1976 décédait Agatha Christie, reine du roman policier

Photographie d'Agatha Christie

La romancière britannique Agatha Christie est décédée le 12 janvier 1976.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 45 ans décédait, de mort naturelle, la romancière britannique Agatha Christie. Celle qu’on surnommait la « reine du crime » a laissé une œuvre importante qui ravit encore les lecteurs du monde entier.

Une femme et une œuvre originales

Pour moi, c’est un génie Agatha Christie. […] Elle réunit à peu près tout ce qu’on peut trouver dans un roman.

Nicole Cloutier, 1981

Elle est une des romancières les plus lues du monde entier. Les romans d’Agatha Christie seraient les livres qui ont été les plus vendus sur la planète… après la Bible.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Femme d'aujourd'hui, 22 septembre 1981

Le 22 septembre 1981, l’animatrice Lise Garneau, de l’émission Femme d’aujourd’hui, invite la journaliste Monique Provencher et la psychologue Nicole Cloutier pour parler de l’autobiographie d’Agatha Christie.

Monique Provencher et Nicole Cloutier nous révèlent certains éléments de la vie de celle qu’on surnomme la « reine du crime ».

Agatha Miller est née en 1890 dans l’Angleterre victorienne au sein d’une famille bourgeoise. Elle a connu une enfance heureuse, ce qui pourrait expliquer son aptitude au bonheur plus tard dans la vie.

En 1912, elle épouse le colonel Archibald Christie qui lui procure son nom de plume le plus connu.

C’est en 1920 qu’elle publie sa première enquête policière intitulée La mystérieuse affaire de Styles. Ce roman, elle l’écrit pour répondre à un défi lancé par sa sœur aînée Margaret.

La psychologue Nicole Cloutier comprend très bien la popularité des romans d’Agatha Christie.

Selon elle, elle a su allier dans ces derniers un côté intellectuel et de déduction mathématique avec un côté de passion et d’instinct.

Elle rajoute qu’Agatha Christie a très bien réalisé que les gens adorent avoir peur.

Les deux invitées s’accordent pour dire que la romancière Agatha Christie possédait un grand sens de l’humour.

Cette qualité apparaît notamment dans les descriptions de ses personnages principaux et secondaires ou dans leurs comportements parfois excentriques.

Agatha Christie n'a pas eu un parcours de vie conventionnel.

Durant la Première Guerre mondiale par exemple, elle s’engage comme aide-soignante pour les soldats blessés.

Elle devient pharmacienne en 1917. Elle apprend la manipulation des drogues et poisons qui apparaîtront avec régularité dans ses futurs romans.

Dès ses débuts littéraires, on constate que le récit de ses enquêtes comporte plusieurs nouveautés qui surprennent les lecteurs et les critiques.

Une romancière qui sort des sentiers battus

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Au jour le jour, 12 janvier 1988

À l’occasion de l’anniversaire de son décès le 12 janvier 1988, l’animateur de l’émission Au jour le jour, Normand Harvey, invite l’auteure Hélène Pedneault à parler de la romancière.

Hélène Pedneault confirme l’originalité de l’œuvre d’Agatha Christie qui a quelque peu bousculé les conventions du roman policier de son époque.

En 1927, elle publie Le meurtre de Roger Ackroyd. On y apprend à la fin de l’enquête que c’est le narrateur qui est l’assassin.

C’est une conclusion inattendue et inédite qui choque un peu le monde du roman policier et les critiques littéraires.

Agatha Christie continue d’apporter des innovations dans ses romans ultérieurs.

Par exemple, dans Le crime de l’Orient-Express, ce sont tous les passagers du train qui sont les assassins du riche américain Samuel Ratchett.

Les titres Mort sur le Nil ou encore Meurtre en Mésopotamie rappellent qu’Agatha Christie a longtemps assisté son deuxième époux, Sir Max Mallowan, lors de ses missions archéologiques au Moyen-Orient.

Hélène Pedneault confie qu’elle a commencé à lire Agatha Christie dès l’âge de 12 ans.

Cette dernière, croit-elle, l’a beaucoup aidée à développer sa propre vocation d’auteure notamment en lui montrant l’importance du suspens et de la chute en littérature.

Agatha Christie à Montréal

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Entrée principale, 19 janvier 2016

Du 8 décembre 2015 au 17 avril 2016, le Musée d’archéologie et d’histoire de Montréal, situé à Pointe-à-Callière, présente une exposition, Sur les traces d’Agatha Christie, qui rend hommage à l’auteure britannique.

Le 19 janvier 2016, l’animateur André Robitaille de l’émission Entrée principale interviewe la chargée de projet Élisabeth Monast Moreau qui parle de cette exposition organisée pour souligner le 125e anniversaire de naissance d’Agatha Christie.

En suivant un parcours chronologique, on découvre la vie de la romancière.

L’exposition s’enorgueillit par ailleurs de présenter des objets inédits qui ont appartenu à Agatha Christie.

On peut notamment y voir son dictaphone et son piano à queue venus directement de sa maison dans le Devon, en Angleterre.

La véracité de l’exposition est assurée par le fait que le petit-fils et le neveu de la romancière ont contribué à sa conception.

Les personnages fétiches que sont l’inspecteur Hercule Poirot et Miss Marple demeurent des personnages incontournables et appréciés de l’œuvre d’Agatha Christie.

Ils valent la peine d’être découverts ou suivis de nouveau.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.