•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pour tout connaître des restrictions en vigueur jusqu'au 5 février en C.-B.

Un homme marche sous un parapluie alors qu'il neige à Surrey, dans le Grand Vancouver.

Les restrictions sur les rassemblements font partie de toutes celles qui sont prolongées.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les restrictions liées à la pandémie sont prolongées jusqu’au 5 février en Colombie-Britannique. Un mois de plus, donc, sans rassemblements, sans déplacements et sans pouvoir exercer de nombreuses activités sportives. Voici tous les détails.

Rassemblements

Tous les rassemblements intérieurs et extérieurs sont interdits :

  • il n'est pas possible d'inviter des amis ou des membres de la famille dans son foyer;
  • il n'est pas possible d'organiser de rassemblement à l'extérieur;
  • il n'est pas possible d'inviter d'autres enfants à jouer avec les siens.

Des rencontres sont toutefois permises pour les personnes qui vivent seules, mais elles sont limitées à leur bulle personnelle.

Qu’est-ce qu’une bulle pour ceux qui vivent seuls?

La bulle d'une personne qui vit seule peut comprendre jusqu'à deux personnes qui ne vivent pas dans le même foyer qu'elle.

Des gens marchent au centre-ville de Vancouver. Une femme tire une valise.

Les voyages ne sont pas recommandés en temps de pandémie.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Voyages

Il faut éviter tout voyage non essentiel, disent les autorités, que ce soit à l’étranger, dans une autre province ou dans une autre région.

Les consignes de la santé publique en ce sens sont assez claires :

  • il ne faut pas partir en vacances;
  • il ne faut pas voyager pour rendre visite à des amis ou à de la famille en dehors de son foyer ou de sa bulle;
  • les personnes qui doivent se déplacer pour le travail ou pour des raisons médicales doivent respecter les consignes sanitaires.

Visiteurs des autres provinces

Les autorités sanitaires et le gouvernement réitèrent leur message au sujet des voyageurs venant d’ailleurs au pays. Ces derniers devraient renoncer à traverser la frontière de la Colombie-Britannique, sauf pour des raisons essentielles.

Des femmes portant des masques marchent dans la rue en hiver avec des sacs, le 16 décembre 2020 à New York.

Le masque doit être porté dans la plupart des espaces intérieurs publics.

Photo : Reuters / Jeenah Moon

Port du masque

Les masques sont obligatoires dans de nombreux espaces intérieurs publics, notamment dans les centres commerciaux, les épiceries, les cafés, les aéroports, les transports en commun, les taxis ou les véhicules de covoiturage, les lieux de culte, les magasins, les hôpitaux et les espaces de travail.

Ils doivent également être portés dans les restaurants, les pubs et les bars lorsque la personne n'est pas assise à une table.

Les contrevenants sont passibles d’une amende de 230 $.

Il existe des exemptions pour :

  • les personnes souffrant de problèmes de santé ou ayant des déficiences physiques, cognitives ou mentales et qui ne peuvent pas porter de masque;
  • les personnes qui ne peuvent pas retirer elles-mêmes leur masque;
  • les enfants de moins de 12 ans.
Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Sports

Tous les sports de groupe pour adultes sont interdits jusqu'à nouvel ordre, notamment le hockey, le soccer, le volleyball, le curling, le baseball et les arts martiaux.

Les programmes sportifs pour les jeunes ne sont pas interdits, mais sont de nouveau soumis à des mesures restrictives. Les groupes doivent être limités et les participants doivent suivre des règles de distanciation physique.

Les spectateurs et les déplacements interrégionaux sont également interdits. Les tournois et les compétitions sont donc suspendus pour les équipes sportives.

Cinq personnes pratiquent le yoga.

Certains cours de conditionnement physique à faible intensité sont permis.

Photo : iStock / Fizkes

Activités physiques

Certaines activités de conditionnement physique à haute intensité sont suspendues, notamment les cours de cardiovélo et de yoga en salle chauffée.

Les autorités sanitaires ont toutefois levé les restrictions concernant les activités physiques à faible intensité, ce qui permet à certains cours de yoga, de pilates et de taï-chi de reprendre.

Les centres de conditionnement physique qui offrent des entraînements individuels ou des entraînements personnels peuvent rester ouverts tant que les plans de sécurité en lien avec la COVID-19 sont en place.

Un skieur descend dans une montagne de neige.

Le ski peut être pratiqué dans des centres locaux. Les Vancouvérois ne devraient donc pas skier à Whistler, par exemple.

Photo : Fournie par Ming Poon/Whistler Blackcomb

Pratique du ski

Les personnes souhaitant faire du ski ou de la planche à neige doivent le faire dans des centres de ski locaux. Par exemple, les Vancouvérois peuvent skier à Cypress, à Grouse ou au mont Seymour, mais pas à Whistler.

Restaurants, pubs et bars

Les restaurants, les pubs et les bars peuvent continuer à accueillir des clients s'ils ont mis en place un plan de sécurité lié à la COVID-19 et des protocoles sanitaires pour les employés.

Les clients doivent porter un masque lorsqu’ils ne sont pas assis à une table.

Le nombre de personnes est limité à six par table. Ces personnes doivent venir d'une même maisonnée ou bulle.

Activités religieuses

Les funérailles, les mariages et les baptêmes peuvent se dérouler avec un nombre limité à 10 personnes, dont le célébrant. Il doit y avoir un plan de santé et sécurité en place afin d'assurer le respect des consignes d'hygiène.

Aucune réception intérieure ou extérieure n'est autorisée, avant ou après l'événement.

Tous les rassemblements religieux, notamment dans les synagogues, les églises, les mosquées et les temples, sont suspendus.

Carte montrant les cas de coronavirus par pays

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !