•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les démocrates veulent enclencher le processus de destitution de Trump lundi

Des accusations d'inconduite pourraient être déposées dans la foulée de l'invasion du Capitole.

Nancy Pelosi marche dans le Capitole.

Nancy Pelosi dans un couloir du Capitole américain, le 8 janvier 2020

Photo : Getty Images / Alex Wong

Radio-Canada

La majorité à la Chambre des représentants des États-Unis préférerait ne pas attendre au 20 janvier pour changer de président.

Selon plusieurs médias américains et internationaux, le processus de destitution de Donald Trump pourrait s'enclencher lundi avec le dépôt contre lui d'accusations dans la foulée de l'invasion du Capitole cette semaine, alors que le Congrès était réuni pour certifier l'élection de Joe Biden.

Le cas échéant, le vote de destitution pourrait avoir lieu aussi tôt que mercredi, d'après l'Associated Press. Le vice-président Mike Pence prendrait ainsi la place de Donald Trump pour assurer la transition.

Un brouillon de la mise en accusation, rédigé par le représentant David Cicilline et dont CNN a obtenu copie, reproche entre autres au président actuel d'avoir perpétré des crimes et délits graves en incitant ses partisans à s'insurger contre le gouvernement des États-Unis.

« Certaines personnes demandent : pourquoi destituer un président qui n'a plus que quelques jours au pouvoir? La réponse : pour créer un précédent. Il doit être clair qu'aucun président, ni maintenant ni à l'avenir, ne peut mener une insurrection contre le gouvernement. »

— Une citation de  Bernie Sanders, sénateur indépendant du Vermont, sur Twitter

Même certains républicains pourraient voter en faveur de la mise en accusation. C'est notamment le cas de la sénatrice de l'Alaska Lisa Murkowski qui, dans une entrevue au Anchorage Daily News, a appelé à son départ de tous ses vœux. Je veux qu'il parte, a-t-elle déclaré. Il a causé assez de dégâts comme ça.

Le sénateur du Nebraska Ben Sasse est allé dans le même sens, vendredi. Il va de soi que je prendrai en considération les articles qui seront déposés [au Congrès], car, comme je vous l'ai déjà dit, je crois que le président n'a pas respecté son serment d'office, a-t-il déclaré à CBS.

Le président désigné en conférence de presse.

Joe Biden, qui entrera en fonction le 20 janvier, n'entend pas se mêler de la destitution de Donald Trump.

Photo : Reuters / KEVIN LAMARQUE

Joe Biden, de son côté, laissera au Congrès la responsabilité d'ouvrir ou non une procédure de destitution contre Donald Trump. Interrogé à ce sujet lors d'une conférence de presse à Wilmington, dans le Delaware, le président désigné a clairement fait savoir qu'il n'entendait pas participer directement au processus.

Nous allons donc nous concentrer sur notre travail, et le Congrès peut décider de la façon de procéder [face à Donald Trump], a-t-il dit, tout en jugeant son prédécesseur inapte à gouverner.

Un funeste bilan

L'invasion du Capitole par des partisans pro-Trump – dont plusieurs membres de l'extrême droite – a causé la mort de quatre manifestants et d'un policier, Brian Sicknick, qui a succombé à ses blessures jeudi.

Depuis, 15 personnes ont été inculpées, a annoncé le ministère de la Justice vendredi après-midi. Parmi les émeutiers accusés figure Richard Barnett, l'homme photographié dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants, la démocrate Nancy Pelosi.

Un autre prévenu est soupçonné d'avoir déposé une bombe artisanale près du Congrès, a précisé Ken Kohl, du bureau du procureur fédéral de Washington.

Par ailleurs, Donald Trump a annoncé vendredi, sur son compte Twitter, qu'il n'assistera pas à la prestation de serment du 20 janvier. Il deviendra ainsi le premier président sortant depuis Andrew Johnson à ne pas assister à l’assermentation de son successeur.

Selon une source proche du dossier citée par Reuters, il est même question que Donald Trump quitte Washington la veille pour se rendre dans sa résidence en Floride.

Cette décision n’aurait rien d’étonnant, compte tenu du fait que Donald Trump répète depuis plusieurs semaines que la victoire lui a été volée et qu’il a été victime d’une vaste fraude électorale. Sa propre administration affirme plutôt que le vote a été juste et libre.

M. Trump a toutefois reconnu, jeudi, qu'il devait céder sa place, sans toutefois nommer ni féliciter Joe Biden pour sa victoire.

Le vice-président sortant Mike Pence devrait quant à lui assister à la cérémonie d'assermentation du président désigné le 20 janvier.

Un président « déséquilibré »

Enfin, Nancy Pelosi – qui a perdu son ordinateur portable lors de l'invasion du Capitole – a déclaré vendredi s'être entretenue avec l'armée américaine afin de s'assurer que Donald Trump – un président déséquilibré, a-t-elle dit – ne puisse utiliser les codes nucléaires d'ici la fin de son mandat.

« Ce matin, j'ai parlé avec le chef d'état-major américain Mark Milley pour discuter des précautions à prendre afin d'éviter qu'un président instable ne lance des hostilités militaires ou n'accède aux codes de lancement et n'ordonne une frappe nucléaire. »

— Une citation de  Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants

Joe Biden et Kamala Harris prêteront serment le 20 janvier à midi, respectivement comme président et vice-présidente des États-Unis.

Traditionnellement, le président sortant et le président désigné se rendent ensemble au Capitole pour incarner la transition pacifique. La cérémonie très attendue se déroule sur les marches du Congrès, devant les pelouses du National Mall.

Tous les quatre ans, des centaines de milliers de spectateurs se pressent dans la capitale fédérale américaine pour y assister, mais l’accès sera limité en raison de la pandémie de COVID-19.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, Associated Press, et CNN

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !