•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : sportifs, partisans et organisations tentent de s'adapter à l'Î.-P.-É.

Une partie de hockey se joue dans un aréna de Charlottetown. Le gardien s'apprête à arrêter un tir.

Selon Hockey Î.-P.-É., aucune autre province au Canada n'a joué plus de matchs de hockey cette saison que l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

Julien Lecacheur

Les règles entourant le sport à l'Île-du-Prince-Édouard évoluent constamment, ce qui force les sportifs et les partisans à s'ajuster.

En cette soirée de début janvier, une partie de hockey d'une ligue de garage comme les autres se joue à Charlottetown. Ce soir-là, une vingtaine de hockeyeurs jouent devant les gradins vides de l'aréna Simmons de la capitale insulaire. Ici, le plaisir d'être sur la glace passe avant tout.

Au même moment, des dizaines d'autres rencontres se jouent aux quatre coins de la province. La raison : la situation avantageuse de l'Île-du-Prince-Édouard face à la COVID-19. La province n'a signalé qu'une centaine de cas depuis mars 2020.

Connor Cameron, le directeur de Hockey Î.-P.-É. ne cache pas son sourire, au contraire, il affiche fièrement ses statistiques.

Personne n'a joué autant de matchs que nous au Canada et probablement en Amérique du Nord. Personne n'a pu jouer devant des partisans.

Connor Cameron, directeur, Hockey Î.-P.-É.
Vue depuis les gradins de l'aréna d'Abram-Village.

Depuis le 5 janvier 2021, 50 joueurs, entraîneurs et arbitres et 100 spectateurs répartis en 2 cohortes sont autorisés dans les arénas de l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Julien Lecacheur

Depuis des mois, les organisations sportives travaillent en collaboration avec les autorités sanitaires afin de proposer un retour au jeu sécuritaire pour les joueurs et les partisans.

Et depuis le 5 janvier, 150 personnes sont autorisés dans les arénas. Cela comprend : 50  joueurs, entraîneurs et arbitres et 100 spectateurs répartis en deux cohortes.

Connor Cameron explique que ces règles sont comprises et acceptées. Elles aussi permis d'apaiser les tensions, surtout du côté des parents et des grands-parents.

Les écoles s'adaptent aussi

L'adaptation est aussi de mise pour les sports scolaires. Dorénavant, chaque joueur peut avoir deux accompagnateurs désignés. Un nombre qui peut passer à un pour les plus petites écoles de la province.

À l'école François-Buote de Charlottetown, 50 spectateurs peuvent assister aux rencontres jouées dans le gymnase. La moitié des sièges sont réservés à l'équipe à domicile, l'autre pour les visiteurs. Joueurs et accompagnateurs ne peuvent entrer ou sortir au même moment. De plus, le port du masque est obligatoire en tout temps pour les spectateurs.

Les mesures sont toujours les mêmes. Une équipe correspond à une cohorte. De plus toutes les mesures d'hygiène en place sont à respecter.

Patrick Bourdeau, directeur de l'instruction, École François-Buote
Vue intérieure du gymnase de l'école François-Buote. L'enceinte est vide.

Cinquante spectateurs peuvent assister aux rencontres interscolaires à l'école François-Buote.

Photo : Julien Lecacheur

Terminer la saison, un souhait partagé

Malgré le retour au jeu et la levée de certaines restrictions, certaines équipes souffrent financièrement de la COVID-19. À Abram-Village, le gérant des Western Red Wings a dû mettre en place un système de billets de saison pour s'assurer une rentrée d'argent et faciliter la vie du club et des partisans.

À chaque partie, tu dois contrôler les personnes qui entrent et qui sortent de l'aréna, mais c'est difficile de refuser des spectateurs. Mais généralement, tout le monde respecte les règles.

Jean-Claude Gallant, gérant, Western Red Wings
Jean-Claude Gallant est assis dans le vestiaire des Western Red Wings.

Jean-Claude Gallant est le gérant des Western Red Wings. Son équipe évolue à Abram-Village.

Photo : Julien Lecacheur

Néanmoins, l'affluence reste très inférieure. Avant la COVID-19, l'équipe pouvait accueillir jusqu'à 1400 personnes pendant les séries. Aujourd'hui limitée à 100 partisans, l'équipe doit s'ajuster. Jean-Claude Gallant espère que la Dre Heather Morrison annoncera une augmentation du nombre de spectateurs le 25 janvier prochain.

Au final, l'essentiel est tout de même ailleurs pour Jean-Claude Gallant, on est confiant, on va finir l'année, mais aussi pour ses joueurs et les autres hockeyeurs insulaires.

Tous espèrent aller au bout de la saison, contrairement à l'an passé. Un scénario envisagé par Hockey Î.-P.-É. qui souhaitent organiser les finales provinciales lors de la troisième semaine de mars. Du moins si tout se déroule comme prévu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !