•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les frontières du N.-B. se referment, la province signale un record de cas actifs

Un agent vêtu d'une veste jaune et avec des documents à la main s'approche d'une automobile.

Les frontières se referment au Nouveau-Brunswick alors que les cas de COVID-19 augmentent.

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

Le Nouveau-Brunswick annonce la fermeture de ses frontières aux personnes qui ne résident pas dans la province et recense 143 cas actifs de COVID-19. Il est cependant improbable que la province repasse en phase rouge dans un avenir rapproché.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Depuis le mois de juin, ceux qui avaient de la famille ou une propriété sur le territoire avaient l'autorisation d'y entrer s'ils effectuaient une période d'isolement de 14 jours. Cela n'est plus permis.

Toutefois, des exceptions s'appliquent, notamment lorsqu'il s'agit d'un voyage pour des raisons médicales, pour le travail, pour assister à des funérailles, dans le cadre d'une entente de garde partagée, pour un déménagement ou pour traverser la province en route vers une autre destination.

De nouvelles restrictions sont aussi imposées aux résidents de Pointe-à-la-Croix et de la communauté autochtone de Listuguj, du côté de la Gaspésie, qui désirent se rendre à Campbellton au Nouveau-Brunswick. Ces voyages pour des raisons essentielles sont maintenant limités à deux déplacements par semaine, entre 6 h et 22 h.

Des automobiles immobilisées font la file.

Des automobilistes en provenance du Québec font la file au poste de contrôle à l'entrée du Nouveau-Brunswick à Campbellton (archives).

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Les inconvénients sont petits comparativement à la maladie que nous pourrons prévenir et aux vies que nous pourrons sauver, croit la médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, Jennifer Russell.

Elle explique que 95 % des cas de coronavirus détecté dans la province sont liés à des voyages. La majorité des gens l'attrapent à l'extérieur et reviennent au Nouveau-Brunswick soit pour le travail soit pour voir de la parenté, dit-elle. N'importe quand que vous arrivez au Nouveau-Brunswick vous avez un risque d'apporter le virus avec vous.

La médecin hygiéniste en chef Jennifer Russell lors d'un point de presse vendredi.

La médecin hygiéniste en chef Jennifer Russell lors d'un point de presse vendredi.

Photo : Radio-Canada

Un resserrement des mesures aux frontières permettra de réduire considérablement les cas de COVID-19 dans la province, selon la santé publique.

La Nouvelle-Écosse a également annoncé de nouvelles restrictions pour les voyageurs qui arrivent du Nouveau-Brunswick, vendredi.

18 nouveaux cas vendredi

La santé publique signale 18 nouveaux cas de COVID-19, vendredi, au Nouveau-Brunswick. Il y a 143 cas actifs, un nouveau sommet depuis le début de la pandémie.

Il y a huit nouveaux cas dans la région de Saint-Jean, sept dans la région de Fredericton, deux dans la région d'Edmundston et un dans la région de Campbellton.

Une flambée de cas a été observée au cours des derniers jours dans la province, qui compte maintenant plus de personnes malades que jamais depuis le début de la pandémie.

Des cas dans des foyers de soins

Un cas de COVID-19 a été signalé dans un quatrième établissement de soins de longues durées, le foyer Ste-Elizabeth à Baker Brook, dans la région d'Edmundston.

Selon le Dr John Tobin, chef du département de médecine familiale de l'hôpital d'Edmundston, la personne malade était un visiteur dans ce foyer de soins d'une cinquantaine de lits.

Des membres de l'équipe provinciale de gestion des éclosions étaient sur place, vendredi, afin de procéder au traçage des contacts. La santé publique n'a pas déclaré d'éclosion dans cet établissement.

Des véhicules d'urgence dans un stationnement enneigé.

Des membres de l'équipe provinciale de gestion des éclosions étaient présents au foyer Ste-Elizabeth vendredi matin, après la découverte d'un cas de COVID-19 au sein de l'établissement.

Photo : Radio-Canada / Bernard LeBel

À Saint-Jean, deux nouveaux cas ont été découverts au foyer Tucker Hall de la communauté de retraite Parkland, appartenu par l'entreprise Shannex. Cela amène le total de cette éclosion à 20 cas, soit sept employés et 13 résidents.

Pendant ce temps, des opérations de dépistage sont en cours au foyer de soins spéciaux Fundy Manor II, à Riverview, ainsi qu'au foyer de soins spéciaux Canterbury Hall à Riverview.

Ces deux établissements ont signalé un cas de COVID-19 jeudi.

Pas de passage en phase rouge, dit Blaine Higgs

Tant que les citoyens suivent les règles en place, le Nouveau-Brunswick devrait éviter un nouveau confinement généralisé, affirme le premier ministre Blaine Higgs, vendredi.

Dans une entrevue accordée à l’émission Information Morning Fredericton de CBC, Blaine Higgs souligne que les discussions avec la santé publique ont peu fait état d’un passage à la phase rouge.

Le premier ministre se fait tout de même rassurant. L’orange fera l’affaire, croit-il.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 5 janvier 2021.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, ne croit pas que la province doit passer à la phase rouge pour le moment.

Photo : Radio-Canada

La santé publique établit trois critères pour évaluer un changement de phase, soit :

  • le nombre de cas actifs et la rapidité avec laquelle ils augmentent;
  • la présence de transmission communautaire ou d'éclosions dans des endroits vulnérables;
  • l'état du système de santé, la disponibilité des lits dans les hôpitaux et le nombre de travailleurs de la santé en isolement.

Des rappels concernant l'isolement

Les personnes qui arrivent dans la province doivent impérativement s'isoler pour une période de 14 jours. La santé publique rappelle que cela signifie d'éviter tout contact avec les autres, même à l'intérieur du domicile.

Les Néo-Brunswickois qui reviennent à la maison après avoir quitter la province pour le travail ont cependant droit à une période d'isolement plus courte.

Ils peuvent cesser de s'isoler après sept jours s'ils ont obtenu un résultat négatif à un test de dépistage. Ils doivent subir un deuxième test entre le 10e et le 12e jour suivant leur retour.

Des amendes pour les menteurs

Blaine Higgs rappelle aux gens d’être honnêtes quant à la liste des personnes qu'ils ont côtoyées lorsqu’ils sont contactés par la santé publique.

Nous avons besoin de savoir.

Une citation de :Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Il indique que les personnes qui font les enquêtes ne sont pas là pour coincer les gens, mais pour prévenir d’éventuelles éclosions. Toutefois, tromper des employés de la santé publique pourrait valoir une amende aux contrevenants.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !