•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les services d’autobus et de taxi maintenus malgré une baisse d’achalandage anticipée

Un autobus de la Société de transport de Trois-Rivières.

Le couvre-feu entre en vigueur samedi, pour quatre semaines.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Radio-Canada

Les services de transport en commun seront maintenus intégralement à Trois-Rivières et à Shawinigan, malgré l’annonce d’un couvre-feu qui entre en vigueur samedi pour quatre semaines.

À partir du 9 janvier, seuls les travailleurs essentiels et ceux qui ont des raisons autorisées par le gouvernement québécois, pourront circuler dans les rues entre 20 h et 5 h.

Pour répondre aux besoins de la population, la Société de transport de Trois-Rivières (STTR) et la Régie de transport en commun de Shawinigan (RTCS) ont décidé d’offrir les mêmes circuits aux mêmes fréquences que d’habitude.

On a décidé de garder le service intégral pour pouvoir offrir le service aux travailleurs essentiels, entre autres aux travailleurs de la santé, qui ont besoin de se déplacer durant cette période, explique le directeur général de la STTR, Patrice Dupuis.

Patrice Dupuis dans un garage devant des autobus.

Le directeur général de la Société de transport de Trois-Rivières (STTR), Patrice Dupuis

Photo : Radio-Canada

Le service est également maintenu pour le transport adapté à Trois-Rivières.

Les chauffeurs d’autobus de la STTR auront eux-mêmes en main un certificat de travail pour justifier leurs déplacements durant le couvre-feu.

Des taxis en service

L'industrie du taxi continuera aussi à fournir des services durant le couvre-feu.

Le chauffeur et propriétaire de Taxi Coop de la Mauricie, Sylvain Roy, s’attend toutefois à ce que les profits et le nombre d’appels baissent considérablement. 

J'ai l'impression que ça va chuter de 90 % la nuit, dit-il. Ça va être très tranquille. »

Sylvain Roy devant un taxi dehors.

Le chauffeur et propriétaire de Taxi Coop de la Mauricie, Sylvain Roy

Photo : Radio-Canada

On va maintenir nos opérations minimales, parce qu'on est un service essentiel.

Sylvain Roy, chauffeur et propriétaire de Taxi Coop de la Mauricie

On va peut-être garder une ou deux autos en service [durant le couvre-feu]. Ils vont être stationnés chez eux et attendre des appels, précise Sylvain Roy.

Avec des informations de Jacob Côté

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !