•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« C'est la pire situation que nous ayons connue », lance Doug Ford

Une personne transportée sur une civière par des ambulanciers.

L'Ontario n'annonce aucune nouvelle mesure, malgré un nouveau sommet du nombre de nouveaux cas de COVID-19 et d'hospitalisations aujourd'hui.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Radio-Canada

Le gouvernement de Doug Ford n'a annoncé aucune nouvelle mesure vendredi pour limiter la propagation de la COVID-19, alors que le nombre de nouvelles infections et le nombre de patients aux soins intensifs atteignent pourtant des sommets.

La situation n'a jamais été aussi sérieuse, a affirmé le premier ministre en point de presse, vendredi.

La province recense plus de 4000 nouveaux cas de COVID-19 et déplore 26 décès supplémentaires au cours des dernières 24 heures.

À Toronto, plus de 2000 personnes sont mortes de la maladie depuis le début de la pandémie, selon le bureau de santé publique local. Le nombre de décès s'élève à 4882 à l'échelle de la province.

Il n'y a jamais eu autant de patients aux soins intensifs.

Doug Ford précise que son gouvernement dévoilera d'ailleurs de nouvelles modélisations en début de semaine prochaine, probablement mardi.

Quand vous allez voir ça, vous allez tomber en bas de votre chaise, lance-t-il.

Ça devient incontrôlable et nous devons faire tout ce qu'il faut, ajoute le premier ministre ontarien. Toutes les options sont sur la table.

Pourtant, aucune restriction supplémentaire n'a été présentée vendredi.

Selon une source haut placée du bureau de Doug Ford, le médecin hygiéniste en chef, le Dr David Williams, veut plus de temps pour évaluer l'impact du confinement actuel et des mesures mises en place le 26 décembre.

Les hôpitaux se préparent au pire

Le président de l'Association des hôpitaux de l'Ontario, Anthony Dale, croit que le secteur pourrait devoir recourir au code orange dans les prochaines semaines.

Il est déclenché lors de désastres et d'événements causant une arrivée massive de blessés et de malades.

Cette semaine, Santé Ontario a demandé aux hôpitaux ontariens qui le peuvent de réserver un tiers de leurs lits aux soins intensifs en vue de possibles transferts de patients.

À Sarnia, par exemple, l'unité de soins intensifs de l'hôpital Bluewater Health est pleine. L'établissement confirme que la moitié des patients arrivent de l'extérieur de la région.

Des patients viennent de Windsor tous les jours. De plus en plus. [Le nombre] change d’heure en heure. Nous avons absolument dû changer nos opérations à cause de cela, écrit la directrice des communications de Bluewater Health, Julia Oosterman.

Sarnia se trouve à plus d'une heure de route de Windsor.

Une femme est assise. Un bouquet de fleurs rouges à sa droite.

La chef de l’opposition officielle, Andrea Horwath, juge que le gouvernement Ford se traîne les pieds.

Photo : Capture d'écran du point de presse de la chef du NPD de l'Ontario

La cheffe de l'opposition néo-démocrate se dit abasourdie de ce qu'aucune nouvelle mesure ne soit annoncée par le gouvernement Ford, vendredi, alors que la propagation de la COVID-19 s'accélère dans la province.

Le confinement actuel n'est pas assez strict et devrait au moins ressembler à celui du printemps dernier, soutient Andrea Horwath.

[Doug Ford] ne fait qu'attendre les vaccins du gouvernement fédéral, s'indigne-t-elle.

Pénurie de vaccins

Doug Ford martèle depuis quelques jours que la province va manquer de vaccins.

L'ensemble de l’Ontario n’aura plus de doses du vaccin de Pfizer d’ici la fin de la semaine prochaine, selon le premier ministre ontarien.

Le PDG du Réseau universitaire de santé à Toronto (UHN), Kevin Smith, affirme d'ailleurs que ses hôpitaux n'auront plus de vaccins contre la COVID-19 vendredi. Sur Twitter, il écrit que 3000 doses par jour doivent être administrées de samedi à lundi.

Plus de 87 000 doses du vaccin contre la COVID-19 ont été administrées en Ontario.

Rencontre avec Trudeau et Legault

Doug Ford a d'ailleurs participé à la rencontre entre les premiers ministres provinciaux et le premier ministre Justin Trudeau jeudi.

La hausse continue du nombre de cas de COVID-19 partout au pays et les mesures prises pour lutter contre la pandémie étaient au cœur de la rencontre.

Ils ont entre autres discuté de la répartition, de la distribution et de l'administration des vaccins.

Les premiers ministres ont discuté de la possibilité de renforcer les mesures de sécurité, selon un communiqué du bureau du premier ministre Trudeau.

Doug Ford n'a pas écarté l'idée d'un couvre-feu, comme au Québec.

Confinement et école à distance

Plus tôt cette semaine, l'Ontario a prolongé la durée du confinement dans le Nord de l'Ontario jusqu'au 23 janvier.

L'école à distance se poursuivra également jusqu’au 25 janvier pour les élèves de l'élémentaire du sud de la province, en raison du nombre croissant de nouvelles infections.

Nous voulons que les enfants retournent à l'école, dit le ministre de l'Éducation, Stephen Lecce, en entrevue à Radio-Canada.

Pour assurer la sécurité de tous, les enfants devront rester à la maison, a-t-il ajouté.

Situation critique dans les foyers de soins de longue durée

D’un bout à l’autre du pays, les établissements de soins de longue durée sont confrontés à une nouvelle série d'éclosions, indique le bureau du premier ministre Trudeau dans le même communiqué.

En Ontario, 218 centres de soins de longue durée sont aux prises avec une éclosion de COVID-19, ce qui représente près de 35 % de tous les foyers.

La province souhaite d'ailleurs vacciner tous les résidents et les travailleurs des centres de soins de longue durée qui le veulent dans les quatre régions les plus touchées par la pandémie.

La province veut y arriver d'ici le 21 janvier.

Avec les informations de Natasha MacDonald-Dupuis et Mathieu Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !