•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une propriétaire d’appartements se défend de profiter des locataires à Moncton

Sylvie Thériault le 7 janvier 2021.

Sylvie Thériault, propriétaire de duplex à Dieppe, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Radio-Canada

La grande région de Moncton est aux prises avec une crise du logement qui mène à une augmentation du prix moyen des loyers. Une propriétaire de logements de Dieppe affirme cependant que certains propriétaires – comme elle – maintiennent les prix des loyers bas, malgré les coûts qui augmentent.

Le marché immobilier est en plein bouleversement dans la région de Moncton. De nombreuses propriétés sont passées aux mains de grandes compagnies d'investissement, et plusieurs en ont profité pour augmenter considérablement les loyers.

Des petits propriétaires se défendent pourtant d’agir de cette manière.

Sylvie Thériault, propriétaire de six duplex à Dieppe, reconnaît que le marché du logement locatif est en plein bouleversement, mais soutient qu’il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier.

Selon elle, plusieurs propriétaires n'ont pas ou peu haussé les loyers de leurs appartements ces dernières années, alors que leurs coûts d'exploitation ont augmenté.

La propriété ici, c'est 7000 $ de taxes annuelles, dit-elle. Les assurances, c'est plus élevé quand c’est du locatif.

[En plus] des coûts des rénovations, ajoute-t-elle. Cette année, les matériaux de construction ont vraiment augmenté beaucoup.

Selon les données de la Société canadienne d'hypothèque et de logement (SCHL), un logement coûtait en moyenne 831 $ en 2019. En 2018, le loyer moyen s’élevait à 794 $.

Le taux d'inoccupation est de 2 %.

Blaine Higgs hésite à intervenir

Lors d'une mise à jour sur la COVID-19 plus tôt cette semaine, le premier ministre Blaine Higgs a été invité à commenter la situation du logement au Nouveau-Brunswick. Il hésite à plafonner les augmentations de prix des logements.

Je n’ai toujours pas de plan à ce stade-ci en lien avec un contrôle de loyer, indique-t-il. Comme je l’ai dit déjà, c’est une question d’équilibre, pour ne pas non plus que les propriétaires ne soient plus en mesure d’investir dans leurs appartements.

Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick, le 10 octobre 2020.

Blaine Higgs n'est pas chaud à l'idée que le gouvernement provincial s'ingère dans la question du prix des logements.

Photo : Radio-Canada

Il affirme que son bureau recevra un rapport d'ici les prochaines semaines, mais que les forces du marché risquent de s'équilibrer à long terme.

Mais est-ce que les loyers étaient trop bas et maintenant ils ont atteint un prix raisonnable? Il faut regarder plus que juste les augmentations, il faut prendre en compte le portrait global et l’intention des propriétaires ici, estime le premier ministre.

D’après le reportage de Sophie Désautels et les informations de Marie-Ève Arsenault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !