•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de l'interrogatoire au procès de Charles Soucy pour agression sexuelle

Gros plan sur la balance de la statue de la Justice.

La statue de la Justice

Photo : iStock

Radio-Canada

L'interrogatoire de Charles Soucy, conseiller de la Ville de Sainte-Anne-des-Monts accusé d’agression sexuelle sur une personne mineure, est terminé. L’accusé a dit à la cour que la présumée victime aurait voulu se venger en dénonçant les gestes présumés.

Charles Soucy et la présumée victime ont tous deux raconté qu'il y a une trentaine d'années, alors qu'ils regardaient un film, ils s'étaient amusés à lutter durant les messages publicitaires.

L'homme, âgé de 71 ans aujourd'hui, soutient avoir alors maintenu la présumée victime au sol en lui tenant la hanche quelques secondes. Cette dernière affirme plutôt qu'elle a été caressée à l’entre-jambes.

L’avocat de la couronne, Jérôme Simard, a demandé à l'accusé pourquoi la dénonciation d’agression sexuelle serait, selon lui, une vengeance.

M. Soucy a expliqué que des événements survenus dans les dernières années auraient créé une discorde entre lui et la victime alléguée.

Un de ces événements concernerait l'usage d'un terme offensant aux yeux de l'accusé, pour désigner son orientation sexuelle.

Selon Charles Soucy, la victime alléguée aurait été confrontée sur ces différents événements par une autre personne.

L'accusé soutient que la présumée victime détesterait la confrontation, tellement qu'elle aurait cherché à se venger en déposant la plainte pour agression sexuelle.

L'avocat a aussi posé des questions très précises entre autres sur la position des corps, l'habillement des deux personnes et l'emplacement des meubles lors des événements présumés, survenus au tournant des années 1990.

Les plaidoiries auront lieu vendredi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.