•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : le maire Labeaume sommé de protéger les arbres en Haute-Ville

Un chandail jaune et blanc, accroché à un arbre, sur lequel il est écrit Tramway : sauvons les arbres

Des résidents du secteur ont ajouté des affiches sur les arbres qui devraient être protégés, selon eux.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Des citoyens des secteurs Montcalm et Saint-Sacrement somment le maire Régis Labeaume de s’engager formellement à protéger les arbres matures le long du tracé du tramway. Les résidents l’accusent de négocier la mouture finale du réseau structurant derrière des portes closes avec le gouvernement.

On fait ça pour notre ville, s’exclame Dorys Chabot, elle-même résidente du boulevard René-Lévesque dans Saint-Sacrement. On veut la garder belle longtemps.

Celle qui s’est fait connaître du grand public l’été dernier en lançant une pétition contre l’abattage des arbres de la Haute-Ville craint de voir le dossier scellé pour de bon, alors que les négociations entre l’administration Labeaume et le ministère des Transports du Québec doivent s’activer au début de l'année.

La promesse du maire Labeaume de sauver les arbres, c’est de la poudre aux yeux!

Dorys Chabot

Dorys Chabot se dit peu impressionnée par l'engagement de la Ville de Québec à protéger un maximum d’arbres le long du tracé, notamment en finançant une chaire de recherche sur l'arbre en milieu urbain à l’Université Laval.

Un chandail vert accroché à un arbre avec un code QR dessus

Les résidents engagés ont décidé de faire connaître leurs démarches en affichant des messages sur les arbres du boulevard René-Lévesque dans Montcalm.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Capsules citoyennes

Depuis la mi-décembre, Dorys Chabot a entrepris de diffuser dans les médias sociaux des capsules citoyennes filmées par un cinéaste bénévole afin de sensibiliser la population à l’importance des arbres matures en milieu urbain.

Au total, une demi-douzaine de vidéos permettent à autant de résidents de la Haute-Ville de s’exprimer sur les répercussions qu'aura le réseau structurant de transport en commun dans leur quartier.

Les témoignages sont unanimes en faveur du réseau structurant, mais pas au prix de la vitalité des quartiers qui bordent le tracé.

Mme Chabot réclame que la protection de la canopée urbaine soit déclarée prioritaire par la Ville et rappelle que les travaux du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) ont permis d’établir que 1700 arbres pourraient tomber le long du tracé du tramway.

Sacrifier des arbres patrimoniaux

Selon un autre résident, Michel Perron, il est tout simplement impensable de sacrifier des arbres patrimoniaux sur le boulevard René-Lévesque pour faire passer le tramway.

Je ne peux pas croire qu’on n’est pas capable d’adapter le tramway. J’ai l’impression qu’on a oublié de faire ça comme du monde!

Michel Perron

On doit adapter le tramway à la ville et non l’inverse, insiste M. Perron.

Un arbre sur un boulevard résidentiel

Des résidents du quartier Montcalm tiennent à leur arbre.

Photo : Radio-Canada / Eric Careau

Revoir la place de l’auto

Michel Perron estime que les résidents de la Haute-Ville sont même prêts à sacrifier des voies de circulation automobile pour permettre l’insertion du tramway sans sacrifier les arbres en devanture des maisons.

Il me semble qu’on ne peut pas promouvoir le transport en commun et garder la même quantité d’autos qui passent sur la rue, commente-t-il.

Une autre résidente du quartier, Brigitte Poussart, abonde dans le même sens.

Je pourrais très bien me passer d’une voie automobile. Il me semble qu’on est rendu-là, plaide-t-elle.

La Ville prudente

Du côté de la Ville de Québec, on se dit disposé à poursuivre le dialogue avec les citoyens.

Une porte-parole a déclaré à Radio-Canada que le dossier faisait l’objet d’une attention particulière au sein du bureau de projet du réseau structurant.

La Ville rappelle cependant que plusieurs dizaines d'ormes malades ne pourront être sauvés le long du parcours du réseau structurant et qu'ils auraient dû être abattus que le projet se réalise ou non.

L’automne dernier, l’administration Labeaume s’est par ailleurs engagée à planter 100 000 arbres sur le territoire de la Ville de Québec d’ici 2027, en parallèle avec la construction du tramway.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !