•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des activités industrielles et de construction jugées essentielles dans l'Est-du-Québec

Un employé circule dans de l'équipement de machinerie lourde sur le site d'une mine de fer.

Une mine de fer sur la Côte-Nord (archives)

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada

Des activités des secteurs industriels, miniers, manufacturiers et de la construction sont épargnées par le nouveau confinement général au Québec. Des entreprises de ces domaines pourront donc maintenir leur production, en respectant des règles sanitaires strictes.

Le responsable des affaires publiques pour l'Association de la construction du Québec, Guillaume Houle, salue cette décision de la part du gouvernement provincial de reconnaître le caractère essentiel de ces industries pour l'économie québécoise.

Nous sommes soulagés que le gouvernement nous considère comme un service essentiel.

Une citation de :Guillaume Houle, responsable des affaires publiques pour l'Association de la construction du Québec

Ce qu'on comprend, c'est que dorénavant, les activités de construction, le secteur manufacturier, seront parmi les secteurs essentiels, les activités essentielles. Donc, les activités de construction pourront se poursuivre au cours des prochaines semaines malgré les mesures de confinement annoncées, poursuit-il.

Guillaume Houle souligne toutefois que l'association invite ses membres à suivre les mesures sanitaires imposées par la CNESSTde la façon la plus stricte possible.

Elle recommande aussi de retarder les travaux jugés comme non urgents. Il conçoit évidemment que des entrepreneurs en construction aient des échéanciers à respecter pour éviter d'avoir à payer des pénalités de retard.

Un travailleur dans une maison en construction.

L'industrie de la construction retenait son souffle à quelques heures de l'annonce du premier ministre Legault mercredi, mais est maintenant soulagée de pouvoir continuer ses activités.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Roberge

Guillaume Houle souligne aussi que les entrepreneurs qui le peuvent sont invités à retarder la livraison de certains projets et à limiter le nombre de travailleurs présents sur les chantiers ou dans les usines au même moment.

L'Association de la construction du Québec représente près de 18 000 entreprises en construction et dans le milieu industriel.

L'intérieur de l'usine de LM Wind Power de Gaspé.

L'usine de LM Wind Power, à Gaspé, pourra poursuivre ses activités. (archives)

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Quant à la poursuite des travaux au chantier d'Hydro-Québec à La Romaine, la société d'État doit donner une réponse vendredi.

Plusieurs usines et grandes entreprises peuvent elles aussi poursuivre leurs activités tout en réduisant les contacts entre leurs employés et en continuant à suivre les mesures sanitaires.

C'est notamment le cas de l'usine de LM Wind Power, à Gaspé, de l'usine d'Uniboard, à Sayabec, et de la cimenterie McInnis, à Port-Daniel–Gascons.

Les mines aussi épargnées

Ce soulagement se fait aussi sentir dans l'industrie minière, elle aussi en partie épargnée par le nouveau confinement.

L'Association minière du Québec se réjouit d'ailleurs que ces membres puissent poursuivre leurs activités d'extraction de ressources naturelles dans la province.

Évidemment, un grand soulagement hier quand on a vu qu'on ne nous arrêtait pas une seconde fois.

Une citation de :Josée Méthot, présidente-directrice générale de l'Association minière du Québec

La présidente-directrice générale de l'Association minière du Québec, Josée Méthot, rappelle que l'industrie minière avait dû arrêter la grande majorité de ses activités le printemps dernier.

Il fallait réduire nos activités au minimum. Certains mines avaient pu continuer à opérer parce qu'elles s'inscrivaient dans des chaînes d'approvisionnement essentielles pour certaines industries, rappelle Mme Méthot.

Elle soutient aussi que des mesures strictes encadraient alors et encadrent toujours l'entrée des travailleurs sur les sites miniers.

Josée Méthot affirme que le nombre de travailleurs et que le nombre de formations sera réduit dans l'industrie minière comme ce doit l'être dans le milieu de la construction.

Avec les informations de Denis Leduc, de Sylvie Aubut et de Jean-François Deschênes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !