•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nord du Nouveau-Brunswick se mobilise pour sauver Maritime Bus

Un autocar de Maritime Bus.

L'entreprise Maritime Bus a annoncé en début d'année 2021 qu’elle devait réduire son offre de transport au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Des groupes communautaires du Nouveau-Brunswick prévoient présenter des solutions concrètes au gouvernement provincial pour sauver Maritime Bus.

Le transporteur intermunicipal a annoncé cette semaine une interruption imminente de ses services entre Campbellton et Moncton, ainsi qu’entre Fredericton et Edmundston. Il a attribué cette décision à des difficultés financières liées à la COVID-19.

Bien que le premier ministre Blaine Higgs dispose d’un levier économique pour venir en aide aux entreprises touchées par la pandémie, il a refusé d’intervenir, affirmant que Maritime Bus connaissait déjà des problèmes financiers.

Or, plusieurs groupes communautaires de la province sont persuadés du contraire.

On a eu les chiffres, on a eu les détails, on a fait le travail qu’il fallait pour nous assurer de vraiment comprendre l’impact que le COVID a sur l’entreprise, a déclaré Michel Soucy, président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick (AFMNB), à la sortie d’une réunion extraordinaire jeudi matin.

Michel Soucy dehors dans un paysage enneigé.

Michel Soucy, président de l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick, le 7 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

L’AFMNB compte unir ses efforts à ceux des deux autres groupes municipaux de la province, l’Association des Cités et l’Union des municipalités, avec pour objectif de plancher sur une analyse des besoins de la population et sur un plan d’action concret.

C’est le lien qu’on a entre les régions de la province du Nouveau-Brunswick, que ce soit du nord au sud ou de l’est à l’ouest. Alors c’est certain que ça a un effet sur la majorité des communautés du Nouveau-Brunswick, souligne Michel Soucy.

Un autocar de l'entreprise Maritime Bus.

Maritime Bus est le dernier service de transport dans le nord de la province depuis les interruptions de VIA Rail et l'annulation de plusieurs liaisons aériennes.

Photo : Radio-Canada

La plupart des provinces canadiennes peuvent compter sur plusieurs services de transport en commun reliant ses régions aux villes, mais pas le Nouveau-Brunswick.

Pour se déplacer d’une ville à l’autre, Maritime Bus était le dernier recours.

Pour nous, ce n’est pas de protéger une entreprise, c’est d’avoir un service essentiel pour les gens au Nouveau-Brunswick et de garder un lien, qui est le seul lien qu’on a, après les fermetures de VIA Rail et des aéroports.

Michel Soucy, président de l'AFMNB

Un service essentiel

Dans le Restigouche, jusqu’à 300 clients réguliers dépendent du Service de transport communautaire, un réseau sans but lucratif affilié à Maritime Bus.

Ce service d’inclusion sociale offre un moyen de transport aux gens qui doivent se rendre à des rendez-vous médicaux. Il dessert tout le Restigouche, en plus d'effectuer des trajets hebdomadaires à Bathurst, des trajets mensuels à Moncton et des trajets ponctuels à l’extérieur de la province.

L’offre de Maritime Bus permettait au groupe d’offrir plus d’options à ses clients, en plus du covoiturage offert par des bénévoles certifiés. On avait un beau partenariat avec Maritime Bus. C’était une belle option vers laquelle on pouvait rediriger nos clients de longue distance et souvent l’accompagnateur pouvant embarquer gratuitement, indique Chantal Bernard, coordonnatrice du transport communautaire du Restigouche.

Il y en a beaucoup plus [de gens] qu’on pense qui n’ont pas de véhicules, ou qui doivent se déplacer pour une opération et qui n'ont pas de famille.

Chantal Bernard, coordonnatrice du transport communautaire du Restigouche
Chantal Bernard, prise en photo à l'extérieur dans un stationnement après son entrevue avec Radio-Canada.

Chantal Bernard, coordonnatrice de Transport communautaire Restigouche, le 7 janvier 2021.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Le Service de transport communautaire du Restigouche a planifié une rencontre d’urgence vendredi.

On va aller voir nos commissions des maires, nos députés et on va établir un plan d’action pour se rallier, lance Mme Bernard d'une voix assurée.

On aimerait vraiment que monsieur Higgs revienne sur sa décision, parce que c’est vraiment dû à la COVID, et que ça a toujours marché dans le passé.

Avec les informations de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !