•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Selon un rapport, le réservoir de Springbank, en Alberta, sera sûr pour l’environnement

Un dessin du projet de réservoir Springbank.

Un dessin du projet de réservoir Springbank qui pourrait contenir jusqu'à 70,2 millions de mètres cubes d'eau provenant de la rivière Elbow en crue.

Photo : Gouvernement de l'Alberta

Radio-Canada

Selon un rapport provisoire de l’Agence d'évaluation d’impact du Canada, la construction du réservoir de Springbank, dont le but est de protéger Calgary d'inondations potentielles, n'aura pas d’effets négatifs importants sur l'environnement.

L’Agence note toutefois que des effets résiduels sont attendus sur l’environnement, notamment lors de la phase de construction à cause du bruit et de la pollution engendrés par les moteurs des engins de chantier. Les effets seront locaux et réversibles à long terme , précise toutefois le rapport.

Selon le document, le réservoir, ou barrage sec, ne devrait pas non plus avoir d’effets néfastes sur la réalité socioéconomique des Premières Nations vivant à proximité de la zone concernée.

Il précise néanmoins que les mesures d'atténuation proposées deviendraient contraignantes si le réservoir reçoit l'approbation du gouvernement fédéral.

Au sujet des autres projets qui auraient pu être envisagés et souvent cités comme solution de rechange par les opposants au réservoir Springbank, le rapport provisoire affirme que ceux-ci ont été suffisamment évalués par le ministère des Transports de l’Alberta.

Répondre à l'urgence

Selon Benda Leeds Binder, de l’association calgarienne River Community, ce rapport est un pas dans la bonne direction, même si elle avoue que son organisme n’a pas encore étudié en profondeur le document de 200 pages.

Nous avons toujours pensé qu'il doit y avoir un sentiment d'urgence autour de ce projet, car chaque année où nous n'avons pas de protection contre les inondations est une année qui nous rapproche de la prochaine inondation inévitable, explique-t-elle.

Du côté de gouvernement provincial et de Transport Alberta, l’heure est aussi aux réjouissances, depuis la sortie du rapport fédéral, le 4 janvier. Selon McKenzie Kibler, la porte-parole du Ministère, le barrage sec est nécessaire pour éviter une autre catastrophe telle que les inondations de 2013, qui avaient coûté la vie à cinq personnes et causé des milliards de dollars de dégâts.

Le ministère des Transports de l'Alberta continuera à travailler avec diligence pour s'assurer que ce projet franchisse la ligne d'arrivée réglementaire et que la construction puisse commencer dès que possible, affirme-t-elle dans un courriel.

Des craintes au niveau local

Mais le projet est loin de faire l’unanimité, et l’association Springbank Community pense que le réservoir représentera un risque pour les communautés déjà touchées, telles Bragg Creek et Redwood Meadows.

Karin Hunter, qui fait partie de l’association, affirme que cette dernière prévoit de soumettre des commentaires, car elle s’inquiète de ne pas avoir vu de réponses aux craintes des habitants des communautés concernées.

Elle mentionne notamment la contamination de l’eau des puits, les particules fines en suspension dans l’air et les perturbations de la circulation.

Nous sommes préoccupés par le fait que, une fois de plus, notre communauté est marginalisée, et semble vraiment faire l’objet de l'apathie complète et totale du gouvernement fédéral, du gouvernement provincial et du comté de Rocky View, déplore-t-elle.

Le rapport préliminaire fédéral est ouvert aux commentaires du public jusqu’au 3 février. Après cette date, l’Agence d'évaluation d’impact du Canada finalisera le document et le présentera au ministre de l’Environnement et du Changement climatique, qui donnera son aval, ou non, au projet.

Avec les informations de Lucie Edwardson et Sarah Rieger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !