•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six mois de prison pour Alan Barnes

Un homme avec une longue barbe flatte un chien noir et blanc qui est dans une cage.

Alan Barnes, le propriétaire des trois chiens qui ont attaqué Dominique Alain à Potton le 29 mars dernier, a été formellement accusé de négligence criminelle causant des lésions corporelles.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Moins de 24 heures après avoir admis sa culpabilité à un chef d’accusation de négligence criminelle causant des lésions, Alan Barnes a été condamné à six mois de prison moins un jour, 240 heures de travaux communautaires et l’interdiction à vie de posséder un chien.

L’homme était le propriétaire des trois chiens qui ont sauvagement attaqué Dominique Alain en mars 2019 à Potton. La victime subit encore à ce jour les contrecoups physiques et psychologiques du drame.

Dans son jugement, le juge de la Cour supérieure Charles Ouellet croit que cette attaque  aurait pu et aurait dû être évitée. 

Avant l'agression, les trois chiens d’Alan Barnes avaient déjà été la cible d’une dizaine de plaintes à la municipalité de Potton en raison de leur agressivité. Ils ont depuis été euthanasiés.

Le juge ajoute que « Madame Alain a souffert énormément en raison de cette attaque, et ses souffrances continueront malheureusement dans le temps. »

Quant à la responsabilité des propriétaires d’animaux, le juge est clair : « [Ils] sont civilement responsables des blessures et dommages que ces derniers causent à autrui. Ils peuvent aussi, lorsqu'il s'agit de négligence, être tenus criminellement responsables, comme ce fut le cas ici. »

Une suggestion de peine commune

La peine imposée à M. Barnes avait été suggérée mercredi d’une manière commune par l’avocat de la défense et le ministère public.  

Le juge a également interdit à Alan Barnes de posséder une arme à feu pendant dix ans.

Il ne pourra pas non plus entrer en contact directement ou indirectement avec la victime, ni avec les membres de sa famille immédiate, pendant trois ans. De plus, il lui est interdit de mentionner le nom de Dominique Alain ou d'y faire référence sur les réseaux sociaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !