•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les arts de la scène sous respirateur artificiel

Des faisceaux d'éclairage sur la scène.

Aucune éclosion n'avait été recensée dans les salles de spectacle de l'Est-du-Québec (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Félix Lebel

Le milieu culturel devra encore une fois faire preuve de résilience face à l’annonce d’un nouveau confinement général, qui force le report d’une vingtaine de tournées de spectacles chez au moins 16 diffuseurs de l’Est-du-Québec.

Malgré tous les inconvénients engendrés par les mesures sanitaires annoncées mercredi par le premier ministre Legault, le directeur général du Réseau d’organisateurs de spectacles de l’Est-du-Québec (ROSEQ), Frédéric Lagacé, dit comprendre l’urgence de la crise sanitaire.

Si les temps sont durs pour le milieu culturel, il estime que les diffuseurs sont mieux préparés que lors de la première vague pour faire face à ce nouveau confinement.

L’aide financière de 50 millions de dollars annoncée par Québec en octobre dernier devrait permettre aux diffuseurs de passer au travers de cette période difficile, selon lui.

Quand un spectacle est annulé, on réussit à toucher une compensation sous forme d'indemnité qui nous permet de rémunérer tout le personnel. Ça a contribué à maintenir les diffuseurs à flot pour l’instant , explique M. Lagacé.

Une salle de spectacle avec une fraction des sièges marqués par un carton.

En zones jaune et orange, les salles de spectacle avaient adapté leurs installations pour permettre le respect de la distanciation physique (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Cette aide devrait toutefois prendre fin le 31 mars prochain. Face à cette date butoir, le ROSEQ a entrepris des démarches auprès du gouvernement pour que le programme soit prolongé, advenant le cas où les spectacles ne peuvent reprendre après. Nos yeux sont clairement rivés là-dessus, affirme M. Lagacé.

De son côté, la directrice générale et artistique du Centre des arts de Baie-Comeau, Marielle-Dominique Jobin, espère ardemment que les salles puissent rouvrir après le 8 février.

Selon elle, il serait peu probable que des spectacles soient annulés définitivement, en sachant que les coûts de production ont déjà été déboursés.

Marielle-Dominique Jobin dit être en attente d’une confirmation du gouvernement pour savoir si les artistes en résidence vont pouvoir profiter de cette pause pour continuer de travailler sur la création de pièces et de spectacles.

Si c’est le cas, ils vont pouvoir continuer à créer, à monter des spectacles, ne pas prendre trop de retard et surtout pouvoir exercer leur art en répétition. Ça sera à suivre, on attend les confirmations gouvernementales à cet effet-là, mais ça serait quand même intéressant pour les artistes, explique Mme Jobin.

Marielle-Dominique Jobin est directrice générale du Centre des arts de Baie-Comeau.

Marielle-Dominique Jobin dit qu'elle serait très étonnée que l'aide financière aux arts de la scène ne soit pas prolongée en cas de besoin (archives).

Photo : Radio-Canada

Se tourner vers le virtuel

En attendant, plusieurs diffuseurs se sont déjà tournés vers la production de spectacles virtuels. Bien qu’il soit difficile de croire que cette forme de représentation puisse un jour remplacer l’expérience d’un spectacle en présentiel, Frédéric Lagacé estime que la qualité des contenus a grandement évolué depuis le début de la pandémie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !