•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les indemnités de départ des députés insulaires seront enfin revues en 2021

L'édifice historique George Coles et le drapeau de l'Île-du-Prince-Édouard

Une révision des indemnités de départ a été promise sous le précédent gouvernement libéral il y a cinq ans. Un examen indépendant de ce dossier a été récemment entrepris par la Commission des indemnités et des allocations de la province.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Drumond

Après des années de promesses, les indemnités de départ des députés de l’Île-du-Prince-Édouard seront révisées par une commission indépendante en 2021. Ces primes sont versées aux parlementaires lorsque ces derniers quittent leur poste.

Le dossier sera étudié par la Commission des indemnités et des allocations de la province.

Cette révision restaurerait une certaine notion d’équité entre les circonstances d’emploi des contribuables et celles de leurs élus.

Renaud Brossard, directeur intérimaire pour la section atlantique de la Fédération canadienne des contribuables

Selon le plan actuel de province, les députés sortants reçoivent un mois de salaire pour chaque année de service jusqu’à concurrence d’un an de salaire annuel de base qui est actuellement fixé à 74 394 $.

L’indemnité de départ s’applique à l'ensemble des parlementaires, quelle que soit la raison pour laquelle le député quitte son poste. En plus de ces forfaits, les parlementaires de l’île ont aussi accès à deux fonds de pension pour leurs années de service.

La Fédération canadienne des contribuables qualifie les indemnités de départ de la province de  parachutes dorés  pour les députés sortants.

Renaud Brossard, directeur intérimaire pour la section atlantique de la fédération, a accueilli la nouvelle de révision des indemnités de départ avec prudence.

On veut s’assurer que les recommandations de la commission aient davantage de respect par rapport à la capacité de payer des contribuables au lieu de se concentrer sur la protection des élus, ajoute-t-il.

Selon M. Brossard, si ces allocations sont revues à la baisse, voire abolies, la province serait en mesure d'épargner de l’argent des coffres publics.

Peter Bevan-Baker en entrevue dans un bureau

Le chef de l’opposition Peter Bevan-Baker demande une révision des indemnités de départ depuis des années.

Photo : CBC/Al MacCormick

Les partis de l’opposition qualifient les indemnités de départ de  trop riches  pour ceux qui choisissent de quitter la politique.

 Je pense qu’il doit y avoir un niveau de réalisme. Il y avait des aspects de cette situation qui, à mon avis, étaient trop riches ou peut-être pas assez nuancés.

Peter Bevan-Baker, chef de l’opposition à l’Assemblée législative

En 2019, le départ de douze députés lors des dernières élections a coûté 721 894 $ aux coffres publics, selon les calculs de CBC.

Tentatives de révision

L’ancien premier ministre libéral Wade MacLauchlan avait promis dans son premier discours du Trône, en 2015, de revoir les indemnités de départ des députés.

Le même engagement a été fait un an plus tard, mais aucune révision n’a jamais eu lieu.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !