•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La route sera encore « difficile à parcourir » pour vaincre la pandémie, avertit l'OMS

Une responsable de l'Organisation mondiale de la santé.

Maria Van Kerkhove, de l'Organisation mondiale de la santé.

Photo : Reuters / Denis Balibouse

Agence France-Presse

Des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont averti mercredi qu'il pourrait y avoir encore six mois de « route difficile à parcourir » avant que les vaccins ne fassent plier la pandémie de la COVID-19.

Maria Van Kerkhove, responsable de la gestion de la pandémie à l'OMS, a indiqué que dans de nombreux pays, la situation était très préoccupante et qu'elle allait s'aggraver.

Une poignée de pays connaissent une transmission incroyablement intense, en particulier en Europe et en Amérique du Nord, avec des chiffres réellement effrayants en ce qui concerne les cas, les hospitalisations et les admissions dans les unités de soins intensifs, a-t-elle déclaré, lors d'un événement en direct retransmis sur des réseaux sociaux.

Les réunions familiales et amicales pendant la période de Noël et du Nouvel An vont entraîner une nouvelle augmentation du nombre de cas en janvier, a-t-elle averti.

Dans de nombreux pays, nous verrons la situation s'aggraver avant de s'améliorer.

Maria Van Kerkhove

À ses côtés, le responsable des situations d'urgence sanitaire à l'OMS, Michael Ryan, a ajouté qu'il s'agissait d'une très, très longue bataille. Nous avons encore trois ou six mois de route très, très difficile devant nous. Mais nous pouvons y arriver, a-t-il ajouté.

La cavalerie arrive, les vaccins arrivent, mais ils ne sont pas encore là pour la plupart des gens dans le monde.

Michael Ryan

S'exprimant sur les variants plus contagieux qui ont d'abord été signalés au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, Mme Van Kerkhove a estimé que ce n'était pas catastrophique, car les mesures de protection existantes pour empêcher la transmission du virus étaient toujours valables.

M. Ryant a indiqué pour sa part qu'il n'y avait absolument aucune indication que les vaccins mis au point ne pourraient pas fonctionner face aux nouveaux variants.

Même s'il y avait un changement à cet égard, il est relativement simple de modifier les vaccins.

Michael Ryan

Quand les virus mutent, ils peuvent devenir plus contagieux, mais ils deviennent rarement plus dangereux, car ce n'est pas dans leur intérêt, a-t-il également expliqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !