•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une adolescente en parfaite harmonie avec la nature

Une jeune femme avec une poisson dans les mains.

Mylène, tout sourire, après une partie de pêche.

Photo : Instagram: @Followhernorth

Se déconnecter de son téléphone cellulaire pour se connecter avec la nature, voilà la philosophie de Mylène Coulombe-Gratton. En plein confinement provincial, la Franco-Ontarienne de 17 ans veut inspirer les gens à faire des aventures en plein air.

Le temps ne m’importe plus quand je suis dans le bois, c’est juste la tranquillité de la nature. Tu oublies tous tes problèmes, tu es vraiment déconnecté de la société, c’est le pur bonheur.

Mylène Coulombe-Gratton

Depuis un mois, la résidente de Hearst, dans le nord de l’Ontario,  partage sur Instagram et Facebook ses moindres faits et gestes. On peut notamment la voir en train de pêcher, faire de la raquette ou encore en motoneige.

Je veux surtout encourager les femmes, mais tout le monde, à faire plein de sorties en plein air. Je veux partager ma passion pour toutes les activités que je fais, dit-elle, rêvant de devenir influenceuse.

Inspirée par des femmes comme Cynthia Gauthier, de comptable à pilote de camion monstre, Mylène souhaite démontrer que tout est accessible pour les femmes, même les activités généralement affectionnées par les hommes.

Après m'être abonnée à elle, j’ai commencé à m’abonner à d’autres gens qui pêchaient et qui chassaient, mais je ne trouvais personne qui faisait tout ce que je fais. Je me suis dit: ''imagine si je partageais mes trucs.''

Un jeune adolescente fait de la raquette à la noirceur.

Lampe frontale et une caméra Go Pro sur le corps afin de documenter son aventure sur ses réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Instagram: @Followhernorth

De là, elle crée en décembre, la page Facebook et Instagram Follow her North (Nouvelle fenêtre). On peut notamment voir sa soeur caresser un orignal sauvage comme un chien (Nouvelle fenêtre), la chance d’une vie, écrit-elle sous la publication.

Isabelle Potvin est l’une des abonnés de première heure de la page Facebook Follow her north. Elle admire le courage et l’ambition de Mylène. 

Depuis que je suis son compte, une valeur qu'elle me transmet est la simplicité dans sa vie. Elle trouve du bonheur dans les petites choses de la vie, telles que les couchers de soleil, les animaux et le plein air, a-t-elle raconté à notre journaliste.

Mme Potvin ajoute que l’étudiante de 12e année lui rappelle que les femmes peuvent accomplir de grandes choses et que le nord de l’Ontario à tout à offrir en termes de paysages.

Une passion de père en fille

L’amour de Mylène pour les excursions en plein air lui vient de son père, Dany Gratton, un guide-aventurier reconnu notamment pour ses voyages en motoneige dans la région de Hearst.

Mes parents m’ont toujours traîné dans leurs aventures. Depuis que je suis jeune, j’ai toujours plein d’adultes qui me disent: Vous êtes vraiment cool, vous autres. Je ne réalisais pas pourquoi il me disait ça.

Un père et sa fille sur une rivière.

Le duo père-fille en excursion sur une rivière.

Photo : Gracieuseté Mylène Coulombe-Gratton

C’est finalement après que son père aie guidé Cynthia Gauthier en motoneige à Hearst que l'adolescente réalise la chance qu’elle a de vivre au rythme de la nature. Quand on amène des gens à Hearst en aventure, ils ressortent avec les étoiles dans les yeux, dit-elle.

Les voyages avec son père sont toujours incroyables, nous relate-t-elle dans un entretien téléphonique.  Mylène nous raconte alors avoir découvert des chutes d’une splendeur exceptionnelle, à l’ouest de Hearst, à proximité du lac Pagwachuan.

Les deux aventuriers sont partis avec un canot et une scie à chaîne. C’est l'une des mes aventures les plus difficiles, on devait prendre un chemin et il était fermé en raison du verglas de l’hiver d’avant, se souvient-elle. Le duo père-fille a alors dû prendre un détour de quatre heures en canot.

Avec mon père, on ne revient jamais sur nos pas, il n’y a aucun autre choix que de se rendre à destination., relate

L’adolescente raconte avoir dû faire de la drave sur des morceaux de bois, descendre un rapide qui était bloqué par un barrage de castor. 

Une jeune fille pose devant une chute.

Mylène Coulombe-Gratton pose fièrement devant la chute après une excursion éprouvante.

Photo : Collection Mylène Coulombe-Gratton

C’est dans le milieu de nulle part. La chute est tellement haute. À toutes les fois que je pars, je me dis que ça ne peut être pire que ce voyage-là, conclut la jeune fille qui se lance comme mission de faire découvrir la beauté de sa région sur Instagram et Facebook.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !